Accueil / Actualités / Moins de sel et de graisse dans les cantines ? Quand une bonne nouvelle en cache une mauvaise.

Moins de sel et de graisse dans les cantines ? Quand une bonne nouvelle en cache une mauvaise.

Je me réjouis de constater que les mesures prises dès mon élection dans les cantines du 2e figurent en partie dans le récent décret publié par le ministère de  l’agriculture issu de la loi de modernisation de l’agriculture de juillet 2010 .

Dans le 2e, on ne met à disposition des enfants ni ketchup, ni sauces, ni sel depuis près de 10 ans ! Les huiles de palme, les huiles végétales hydrogénées ou contenant des OGM sont strictement prohibées.

A 70%, les aliments servis proviennent de l’agriculture biologique ou sous label de qualité (AOC). Chaque mardi, c’est un repas végétarien qui est proposé.

Malheureusement,  le décret  remet  en partie en cause ces bonnes intentions ! Il impose en effet, à hautes doses, la présence de produits d’origine animale dans les menus.

Sous couvert de santé publique, cet arrêté laisse entendre que
calcium = produit laitier,
protéines = protéines animales,
fer et oligoéléments = viande ou poissons.
Il répond ainsi beaucoup plus aux volontés des industries agroalimentaires désireuses de placer le produit de leurs élevages intensifs, qu’a de réelles intentions de qualité nutritionnelle.
C’est aussi une façon d’imposer un modèle alimentaire dépassé, privilégiant l’élevage animal couteux en terme d’empreinte écologique, au détriment d’une agriculture tout aussi riche en éléments nutritionnels, mais plus respectueuse de l’environnement, et seule capable d’assurer un partage équitable des ressources alimentaires mondiales.

A voir

Plan alimentation durable : Paris veut réduire sa dette écologique

Du champ à l’assiette ou de la fourche à la fourchette. Les expressions ne manquent ...

3 commentaires

  1. Merci de rappeler que les messages nutritionnels officiels en France sont de réels mensonges par omission. Ils ne permettent pas aux citoyens de faire des choix alimentaires éclairés et écologiques.

    J’en profite pour vous inviter chaleureusement à la journée Saveurs durables, saveurs véganes organisée samedi et proposant de nombreuses animations pour découvrir une alimentation plus éthique et écologique : http://www.saveursdurables.fr/8-octobre-2011

  2. Merci Jacques Boutault pour cette prise de position.

    Il est important d’entrer en résistance contre ce décret, au nom en particulier de la liberté de conviction, qui inclut la liberté de pratique. Cf. la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne:

    « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites. »

    Le refus de manger les animaux n’est pas une simple lubie personnelle, mais correspond souvent à des convictions profondes concernant le statut éthique et politique des animaux. Depuis le 30 septembre dernier, aucun enfant végétarien ne peut légalement bénéficier des cantines scolaires, y compris quand les responsables de ces structures seraient d’accord pour l’accueillir.

    Quelles conséquences pensez-vous en tirer concernant les cantines du 2e arrondissement de Paris? Est-il possible de refuser de les appliquer?

  3. A la lettre, l’arrêté n’empêche pas les repas végétariens. Ils les rend impossibles quotidiennement, c’est à dire en alternative végétarienne à un repas carné, lorsqu’il y a un double choix.
    Néanmoins, cette obligation rend impossible les repas végétaliens. Seuls les repas lacto-ovo végétariens sont désormais autorisés.
    Cette double restriction est effectivement très problématique et contradictoire avec la liberté de conscience. Et de plus, elle ne correspond à aucune nécessité sanitaire et de santé. Cet arrêté va simplement dans le sens des intérêts des industriels de l’agro alimentaire.
    Cordialement,
    JB