Accueil / Actualités / Le Sénat à gauche : une défaite cuisante pour Sarkozy

Le Sénat à gauche : une défaite cuisante pour Sarkozy

Du jamais vu sous la 5e République. Le Sénat passe à gauche ! Pourtant bâtie sur mesure par les constitutionalistes de 1958 pour lui conférer un rôle conservateur, la Haute chambre vire sa cuti. Si la droite a réussi à perdre une Assemblée pourtant pensée sur mesure pour elle, c’est d’abord parce qu’elle a perdu tous les scrutins locaux qui ont précédés (les élus locaux fournissent le vivier des quelque 72 000 grands électeurs appelés à voter). Mais si la défaite est aussi cuisante, c’est surtout en raison des nombreuses divisions de la droite. A Paris pas moins de trois listes se revendiquaient « majorité présidentielle » (dont un seule officielle). Le résultat de ce scrutin nous livre un message clair et augure du meilleur pour 2012 : Sarkozy est lâché, désavoué dans son propre camp. Cerné par les affaires dont la plus grosse affaire de corruption de la 5e République – l’affaire Karachi – , le président est en mauvaise posture. Les rats commencent à quitter le navire.

Autre bonne nouvelle : l’entrée au Sénat de dix sénatrices et sénateurs Ee-lv. Elles/ils devraient pouvoir constituer un groupe parlementaire. Je suis sincèrement très heureux pour mes camarades éluEs, même si je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée pour Alice et Annie qui n’en seront pas, bien qu’ayant été choisies par les militantEs Ee-lv lors des scrutins consultatifs locaux au printemps dernier.

Reste une question : une majorité de gauche au Sénat pour quoi faire ? Certes cette nouvelle majorité pourra ralentir le vote des lois les plus scélérates par les députés de l’Assemblée nationale. Mais elle ne pourra pas pour autant les empêcher. Parions tout de même que l’obsession du gouvernement à faire passer des réformes réactionnaires, liberticides et favorables aux plus riches va sérieusement se ralentir. Pour l’avenir, après 2012, avec une Assemblée et un Sénat à gauche, le travail de réformes sera grandement facilité. A condition que la gauche n’abonne pas en chemin ses idéaux.

Pour les écologistes, la réforme du mode de désignation des sénateurs (à la proportionnelle, fin des grands électeurs) pour faire de cette institution une véritable assemblée des régions fonctionnant sur un mode fédéral est sans doute l’une des plus urgentes à mettre en oeuvre.

Mais ce soir, savourons la victoire !

A voir

Merci aux électrices et électeurs du 2e arrondissement de Paris

Avec 58,24% des suffrages les électrices et électeurs du 2e arrondissement m’ont renouvelé leur confiance ...