Paris refuse de suspendre son jumelage avec Rome

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

La Ville de Paris est jumelée avec une seule ville : Rome. La récente élection d’un maire néo-fasciste aurait dû conduire la municipalité parisienne à suspendre ses opérations de jumelage. En vain : le voeu déposé par les Verts a été rejeté par une coalition de circonstance PS, PCF, UMP afin de ne pas « pénaliser les romains qui viennent vister gratuitement les musées parisiens ». Une réponse qui n’est pas à la hauteur…

Le nouveau Maire de Rome, Gianni Alemanno, ancien membre du parti néo-fasciste Mouvement social italien (MSI), n’a rien perdu de ses vieux réflexes.
A peine élu, il a annoncé vouloir dénoncer les subventions aux associations d’aides aux plus démunis et aux usagers de drogues. Il a également prôné une nouvelle formule pour la marche des fiertés homosexuelles, qu’il assimile à une « exhibition sexuelle offensante ».

Enfin, ce nostalgique de Mussolini, demande l’expulsion de 20 000 étrangers, visant plus particulièrement les Roumains (pourtant ressortissants d’un pays membre de l’Union européenne) et les gens du voyage qu’il juge responsables de l’insécurité.

Ces déclarations choquantes et inquiétantes pour l’avenir, interviennent alors même que la Ville de Paris soutient l’organisation par la Ligue des Droits de l’Homme d’une consultation des Parisiens sur le droit de vote des résidents étrangers de pays non membres de l’Union Européenne.

A ce titre, la volonté institutionnelle d’exclusion, la xénophobie officielle et l’instrumentalisation de l’insécurité, manifestées par M. Alemanno, sont en profonde contradiction avec les valeurs défendues par la Ville de Paris.

Aussi, Jacques Boutault, Sylvain Garel, et des élu-e-s du groupe Les Verts ont demandé au maire de Paris de suspendre le jumelage de la Ville de Paris avec la Ville de Rome, et toutes opérations qui en découlent, dans l’attente d’un retour à Rome d’une municipalité, en phase avec les valeurs de liberté et de solidarité chères aux Parisiennes et Parisiens.

Après une réponse pourtant au ton concilant et favorable de l’adjoint au Maire chargé des affaires internationales, l’exécutif PS s’est prononcé contre « afin de ne pas pénaliser les Parisiens qui visitent gratuitement les musées romains ». Il a été rejoint, sur la seule base de cet argurment, par le PCF et l’UMP qui ont rejeté le voeu.

0 réponse

  1. Un vrai manque de courage politique …
    En tout cas bravo Jacques, il faut se battre contre ce type de gens qu’est ce maire ….

Twitter

Facebook

Liens amis