Panique à droite dans le centre de Paris

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Incapable de gagner une élection dans le centre de Paris depuis 2001, la droite a choisi de charcuter la circonscription. Couvrant les 1er, 2e, 3e, 4e arrondissements, la première circonscription est démantelée en vue des prochaines législatives de 2012.  Les électeurs n’ont pas encore voté mais l’UMP 2e crie victoire. Quel mépris pour la démocratie ! Cela en dit long sur l’état d’esprit des membres du parti du président et le peu ce cas qu’ils accordent à l’opinion des citoyens.

Dans sa lettre d’information, la droite locale n’y va pas par quatre chemins : ça y est la première circonscription de Paris (celle qui comprend le 2e) est passée à droite. Victoire ! Les électeurs n’ont pas été appelés aux urnes ? Qu’importe, l’UMP ne s’embarrasse pas de ces détails.

Pour gagner une élection dans le centre de Paris la droite locale (qui les a toutes perdues depuis 2001) a besoin des ciseaux du secrétaire d’état chargé du charcutage de nos circonscriptions. Dans les urnes c’est bien trop compliqué pour elle, semble-t-il. Or le centre Paris qui désormais vote à gauche et, comble de l’insolence, avait envoyé une députée écologiste à l’Assemblée nationale méritait d’être puni.

Recouvrant depuis la nuit des temps dans une entité urbaine et sociologique cohérente, les quatre premiers arrondissements (1er, 2e, 3e, et 4e arrondissements), elle a été démembrée. Les 1er et 2e arrondissement sont rattachés aux 9e et 8e arrondissement, le 4e rejoint une partie du 11e et du 12e, tandis que le 3e est associé au 10e arrondissement. Ce qui fait dire à l’UMP dans sa lettre d’infomation locale – comble du mépris – que jusqu’à présent couchée, la première circonscription se redresse à la verticale.

Mais par quelle miracle passe-t-elle à droite ? Les législatives de 2012 sont encore loin mais déjà l’UMP 2e croit que c’est arrivé et se targue de pouvoir désormais s’appuyer sur le sous-ministre Pierre Lellouche, actuel député de la circonscription voisine qui se verrait bien candidat. Mais l’implantation dans le centre de celui qui au moment du vote de la loi sur le Pacs avait demandé que l’on « stérilise » les homosexuels n’est pas acquise. Il se pourrait même fort bien que sa présence ne soit pas la bienvenue.

La droite Parisienne appelle Fillon au secours !

Fatiguée de perdre les élections à Paris, l’UMP croit avoir trouvé l’homme providentiel : l’actuel premier ministre et député de la Sarthe. « C’est lui qui devrait conduire la liste de l’opposition municipale en 2014 », ont expliqué à l’issue de leur rencontre mensuelle, six maires d’arrondissements parisiens UMP sur huit. Les deux excusés : Rachida Dati (maire du 7e) et Claude Goasguen (maire du 16e) s’y verraient bien eux-mêmes.

Mais pour les autres, aucun doute : pour battre la gauche, il faut parachuter une « pointure » sur la capitale. Décider vite permettrait d’avoir le temps d’installer dans le paysage parisien, ce sarthois de bonne famille. Les Parisiens se laisseront-ils impressionner par ce casting ?

3 réponses

  1. Le vieil instituteur ne dort jamais que d’un oeil (proverbe chinois).
    – …a toutes perdueS
    – …méritait d’être punI.
    – …l’UMP 2e croit que c’est arrivÉ
    -….FatiguéE de perdre les élections à Paris
    – …ce SARTHrOIS de bonne famille
    Cette information claire et bienvenue n’aurait rien à perdu à une rapide relecture.
    Amicalement.

  2. Sur les deux contributions précédemment proposées, seule la 2e est à prendre en considération, elle constitue un erratum à la 1ère.

Les commentaires sont fermés.

Twitter

Facebook

Liens amis