Loft politique

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Sous l’œil des caméras Sarkozy constitue son gouvernement. Les membres du cabinet découvrent leur bureau ? Des journalistes suivent l’installation en direct. Rencontres à l’Elysée avec les futurs ministres : une équipe télé filme. Le président fait un jogging ? Un communiqué de presse l’annonce à l’avance (cela fait de belles images pour le 20 heures). Le président prend l’avion, il déjeune à la cantine d’Airbus, il arrive au fort de Brégançon, etc… les caméras tournent. Et la télé diffuse. En continu. D’ailleurs, monsieur Sarkozy avait prévenu : vous me verrez souvent. Car il a bien compris qu’il s’agit « d’occuper du temps de cerveau disponible ».
Avec son gouvernement(qui tiendra jusqu’aux législatives), faussement paritaire (voir blog de Véronique Dubarry) et faussement d’ouverture (débauchages individuels), le président fait une opération de com’. Il raisonne en termes d’images. Comme dans le Loft : du direct, du vécu. Objectif : peopoliser les fonctions politiques. Sarkozy en est persuadé : les pauvres aiment les riches, il suffit de les faire rêver. Il faut les persuader que, oui, c’est possible : un jour, eux aussi, passeront des vacances sur un yacht.
Amuser le peuple pour mieux mettre en place la société du mérite et la concurrence de tous contre chacun. Une société qui laissera les plus faibles sur le bord la route. Les winners passeront à la télé.  Les loosers se contenteront d’espérer… ou de désespérer.

0 réponse

  1. Lu dans le Canard cette phrase de sarko :
    "Si j’étais ministre des choux farcis, vous entendriez parler tous les jours des choux farci".
    Le plus embêtant, en cette époque ou un français regarde la télé en moyenne 3h et demie par jour… c’est que ça fonctionne 🙁

Twitter

Facebook

Liens amis