Accueil / Actualités / Le procès de Jacques Chirac n’aura pas lieu

Le procès de Jacques Chirac n’aura pas lieu

Un procès sans victime ni accusation qu’est-ce que c’est ? Réponse : ça n’existe pas. En droit, en l’absence de « chose jugée », il n’y a pas matière à réunir un tribunal. Car, forcément, il ne peut y avoir de coupable.

D’un côté, le maire de Paris considère que la faute est réparée et qu’il ne faut pas crier « vengeance ». De l’autre, le procureur de la République – l’accusateur public – affirme qu’il demandera la relaxe. Quant à Jean-Louis Debré, l’ami de toujours, son opinion est nette : « Jacques Chirac ne doit pas être jugé ».

Le juge chargé de l’affaire de 7 autres emplois fictifs au Conseil Général a bien enregistré le message. Faisant déjà rempart pour ralentir la marche de l’instruction dans le cadre de l’affaire Woerth-Bettencourt, il fait preuve d’une grande habileté procédurière dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Pour remettre à toujours plus tard, la comparution de Chirac devant le tribunal correctionnel, il vient de céder à l’amicale pression du défenseur de l’ancien président.

La comparution de Jacques Chirac qui devait avoir lieu à l’automne 2010 vient d’être reportée au 7 mars 2011. Amalgamer les sept employés fictif du Conseil général des Hauts-de-Seine aux 21 faux emplois parisiens n’est qu’une argutie. Cela fait quinze ans que ces faits sont connus. L’objectif à peine voilé est de lui réserver le même sort qu’à la procédure parisienne : arrangements, oubli et pardon.

Le juge va prendre le temps qu’il faut pour étudier la recevabilité de la demande de constitution de partie civile que vient de formuler le Supap, un syndicat d’employés municipaux parisiens. Très probablement, il répondra négativement.

Et en mars prochain, parions que de procès, il n’y aura pas. Au pire, il s’agira d’une tribune politique offerte à l’ancien maire de Paris, pourtant passible de 10 ans de prison et de  150 000 euros d’amende, pour « détournement de fonds publics » et « abus de confiance ». Plus que jamais La Fontaine avait raison : « selon que vous soyez puissant ou misérable… ».

A voir

Mon courrier aux habitantes et habitants du 2e arrondissement de Paris

Chères habitantes et chers habitants du 2e arrondissement, Au moment où je me prépare à ...

Un commentaire

  1. Le pire dans tout ça, c’est que même notre pauvre bulletin de vote ne leur fait pas peur …