Accueil / Actualités / Le service d’oncologie pédiatrique de Garches ne doit pas fermer !

Le service d’oncologie pédiatrique de Garches ne doit pas fermer !

2014-07-06_19.14.45Des parents d’enfants malades d’un cancer sont en grève de la faim pour tenter de sauver le service du docteur Nicole Delépine à Garches. Ils ont été évacués dimanche matin par les CRS qui avaient reçu l’ordre de pénétrer dans l’hôpital et de les pourchasser  jusque dans la chapelle où ils étaient réfugiés.

Ce service de l’AP-HP, rentable, est menacé de fermeture, malgré ses résultats. Le nouveau plan cancer 2014-19 prévoit de doubler les patients inclus dans des essais thérapeutiques. Or, l’inclusion dans des essais thérapeutiques sans avoir d’abord mis en œuvre des traitements éprouvés, représente une perte de chance de guérison : c’est ce que démontre depuis sa création le service du docteur Delépine et que confirme un rapport de l’IGAS.

Les médecins de l’équipe de Garches, les patients et parents d’enfants ayant fréquentés le service dénoncent l’inclusion des patients atteints de cancers dans des essais thérapeutiques sans réelle information, ce qui est de plus en plus souvent la règle aujourd’hui suite aux objectifs ambitieux des plans cancer successifs.

Depuis 2004 l’unité d’oncologie pédiatrique de l’hôpital de Garches (précédemment à Avicennes), subit régulièrement des pertes de moyens et des suppressions de lits. Malgré ces tentatives d’étouffement, des médecins continuent de soigner et sauver des patients parfois considérés comme devant être orientés vers des soins palliatifs dans d’autres services.

Depuis près de deux ans aucun médecin n’a été embauché dans ce service pour remplacer les départs et ce malgré des candidats motivés. Avec le départ de la docteure Delépine c’est maintenant l’ensemble du service d’oncologie pédiatrique de Garches qui est menacé.

Rappelons que conformément à la directive européenne : l’intérêt collectif au bénéfice de la science ne doit en aucun cas primer sur l’intérêt du patient.