Accueil / Actualités / Assez de discours : des actes !

Assez de discours : des actes !

Le discours que vient de prononcer le chef de l’Etat devant le Bureau international du travail de Genève est un monument  d’hypocrisie. Ses paroles auraient pu être celles de Noémie Klein, José Bové ou tout autre altermondialiste. Le président français n’est pas allé chercher son inspiration très loin. Il a pompé le rapport Stigitz sur la régulation économique, dénonçant le mode de fonctionnement du capitalisme et ses effets dévastateurs sur les humains et leur environnement.
Il n’y a plus de limite à la mauvaise fois et aux déclarations sans lendemain. La politique sarkozienne devient un spectacle complaisamment relayé par les médias.
L’important c’est de faire un bon show. Le contenu est relayé au second plan, l’essentiel étant de frapper les esprits. Alors que les riches s’enrichissent toujours plus, que la biodiversité diminue, que les ressources naturelles sont exploitées sans vergogne par les multinationales et que les humains crèvent peu à peu victimes d’un monde artificialisé et de conditions de vie et de travail toujours plus dégradées, Sarko joue avec les mots. Mais ses ministres eux veillent au grain. Après la mise en concurrence des universités, l’augmentation du temps de travail (on attend toujours les augmentations de salaire), la privatisation des services publics, la mise en route de l’EPR, la diminution des moyens accordés à l’éducation, la mise sous contrôle du Parlement et des médias… l’action anti-démocratique, anti-écolo et anti-sociale du gouvernement ne va pas s’arrêter en si bon chemin.
Sur le feu : le prolongement de l’âge de la retraite jusqu’à 67 ans, le travail des femmes en congés maternité, l’ouverture généralisée des commerces le dimanche, la relance du programme autoroutier, toujours plus de pouvoir à la police et moins à la justice, un plan climat au rabais, des milliards d’euros prêtés aux banques sans contre partie…
Chaque jour la vie devient plus difficiles pour le plus grand nombre, alors que les riches amis du président s’enrichissent. Les discours démagos et trompeurs ne sont pas suffisants à masquer cette réalité. Les paroles s’envolent, la réalité demeure. Mais on ne pourra pas longtemps se moquer impunément des gens et de la démocratie.

A voir

TSCG (Traité sur la stabilité la convergence et la gouvernance) : un remède pire que le mal

La troïka européenne – comme on nomme la coalition de la commission européenne, de la ...

3 commentaires

  1. Bien envoyé monsieur le maire. On ne vous lit plus très souvent, c’est dommage. En panne d’inspiration ?

  2. Je ne peux qu’être d’accord avec cet article.

    Cependant, une phrase finale retient toute mon attention :
    "Chaque jour la vie devient plus difficile pour le plus grand nombre".

    Comment concilier cette affirmation, avec les faits que :
    – la majorité des citoyens ne réagit plus lors des élections ? 53,24, % d’abstentions à la dernière élection européenne. Ce sont donc ceux qui ont le plus de pouvoir théorique !…
    – Ceux qui réagissent se partagent le pouvoir avec
    EG 5,18 – G 38,45 -Div 11,07 – Dr 35,25 – EDr 8,97
    soit 43,63 à gauche et 44,22 à droite

    Nous sommes donc en face d’une majorité de citoyens exprimés qui sont d’accord avec toujours plus d’inégalités (parce que cela les avantage) et donc toujours plus de misère pour les autres (mais ça n’est pas leur problème), mais aussi avec toujours plus d’approfondissement de la crise, et ça, c’est le problème de tout le monde, même si beaucoup de ce monde n’en a pas conscience !…

    Il me semble qu’ au delà des divisions de la gauche qui pérennisent le succès de la droite, les hommes politiques de gauche devraient comprendre que leur destin politique réside dans le fait paradoxal de savoir convaincre les populations de droite de leur erreur, avant qu’il ne soit trop tard.
    Jusqu’à présent, ils n’y ont aucunement réussi !…

  3. Je ne peux qu’être d’accord avec le contenu de cet article.
    Une phrase finale a cependant retenu toute mon attention :
    "Chaque jour la vie devient plus difficile pour le plus grand nombre".
    Cette phrase m’inspire la réflexion suivante :
    Lors des dernières élections européennes en juin 2009, une majorité de citoyens français s’est abstenue 53,24 %. C’est cette majorité, dont on peut penser qu’elle est insatisfaite, voire désespérée, depuis de nombreuses élections, qui a le plus de pouvoir potentiel !…

    Quant à la minorité citoyenne, mais agissante,elle s’est partagé les voix dans les proportions suivantes :
    – EG 5,18¨% – G 38,45 % – div 11,07 % – Dr 35,25 % – ED 8,97 %
    soit au global G 43,63¨% Dr 44,22 %
    C’est donc la droite qui l’a emporté à la présidentielle.
    Les résultats obtenus depuis étaient prévisibles :
    – plus d’inégalités (mais c’était les conditions nécessaires du mieux être des plus privilégiés)
    – plus de misère et de souffrances (mais ça n’est pas le problème de ces privilégiés)
    – et la crise globale s’est enfoncée (mais si elle concerne l’ensemble des électeurs et des citoyens, une petite minorité d’entre eux tous en a conscience ).

    Nous sommes donc en droit de considérer que la situation ne peut évoluer favorablement que si les hommes politiques de gauche, au delà de leurs dissensions, prennent collectivement conscience que leur mission paradoxale consiste à faire prendre conscience à la majorité de la population :
    – des grands dangers vers lesquels nous courrons
    – qu’elle est capable de proposer collectivement la seule solution consistant à changer de mode de vie pour redresser la barre, que ça ne sera ni douloureux ni pénible, mais que c’est la permanence des comportements irresponsables, à tous les niveaux, qui deviendra rapidement douloureuse pour tous.
    Au-delà des différents régnant à gauche, qui obscurcissent l’horizon, et pérennisent le succès à courte vue de la droite, il ne semble pas qu’ ils y soient encore parvenus !…