Accueil / Actualités / Les vainqueurs avaient la tête des mauvais jours

Les vainqueurs avaient la tête des mauvais jours

La candidature que je portais aux primaires écolos pour les municipales 2014 s’incline de 34 voix (sur quelque 600 votants). Je tenais à remercier toutes celles et tous ceux qui m’ont soutenu. Nous avons fait une bonne campagne, perdue avec fairplay.

Nous pouvons nous enorgueillir de l’honneur des vaincus. Nous avons rassemblé les militant-e-s parisien-n-e-s dans leur diversité. Nous avons mené une campagne honnête et conviviale, une campagne de renouvellement, regroupant des militant-e-s de toutes les sensibilités d’EELV : des militant-e-s de Maintenant, de Construire, d’Utopia et d’Envie, rassemblés. Ma candidature était soutenue par des adhérent-e-s bien au-delà de la sphère traditionnelle de ma sensibilité, Envie. Alors que les autres candidats arrivés en tête étaient uniquement soutenus par leur sensibilité, ou par une partie seulement de leur sensibilité.

De nombreuses personnalités m’ont apporté leur soutien : Gisèle Chaleyat la doyenne de notre mouvement, Jean Desessard, Michèle Rivasi, Yves Cochet, Karima Delli, Alain Lipietz, Jean-Jacob Bicep, Julien Bayou, Anny Poursinoff, Elise Lowy, Jérôme Gleizes, Bernard Dréano… Je les remercie chaleureusement. Comme je remercie sincèrement tou-te-s les adhérent-e-s qui ont fait campagne pour ma candidature, qui se sont mobilisé-e-s et que nous avons beaucoup sollicité ces dernières semaines.

Mais, parmi eux, je voudrais en particulier saluer Gisèle Chaleyat qui m’a soutenu dès le début.

Je lui ai assuré : « Ma candidature n’est pas une candidature anti-Cécile ! Je veux rassembler tous les écologistes parisiens pour une campagne militante et convaincre de la justesse de nos analyses, de la pertinence de nos valeurs ».

Pour rompre la bipolarisation Hidalgo-NKM nous devrons, j’en suis  convaincu, mener une campagne très identitaire-écolo, basée sur les fondamentaux de l’écologie politique. Dans ce contexte, avoir démontré son indépendance par rapport au PS et une certaine capacité à faire vivre un rapport de force, favorable à la mise en œuvre de nos idées (démocratie, alimentation, logement, transport, crèches…) auraient été des atouts supplémentaires.

Mais le choix du candidat est désormais derrière nous. Pour ma part, je crois que le débat sur la sortie ou pas du gouvernement ne doit pas se faire en interférant sur les municipales. Cécile fait du bon travail au ministère du logement. Si elle devait en partir, elle serait aussi une excellente députée, très utile à l’écologie.

Samedi, il s’en est fallu de peu. Les vainqueurs avaient la tête des mauvais jours. Les collaborateurs de la ministre et la ministre elle-même ont passé leur journée sur place. La ministre avait dit qu’elle mettrait tout son poids pour faire échouer ma candidature. Force est de constater que son influence, à Paris, est à la baisse. C’est une victoire courte pour elle et son candidat. Candidat désormais légitime, auquel je souhaite toute la réussite nécessaire pour faire gagner l’écologie. J’y contribuerai. Et le soutiendrai jusqu’au bout, à Paris, en autonomie.

A voir

Mon courrier aux habitantes et habitants du 2e arrondissement de Paris

Chères habitantes et chers habitants du 2e arrondissement, Au moment où je me prépare à ...