Accueil / Actualités / Pierre Rabhi : Au nom de la Terre

Pierre Rabhi : Au nom de la Terre

Pierre Rabhi était l’invité de Natureparif le 21 mars dernier pour une conférence au Forum des Images. Il présentait son film Au nom de la Terre. J’ai eu la chance de pouvoir assister à sa conférence. Voici un rapide verbatim.

Politique. « La politique libérale aggrave la situation du monde. Il y a des initiatives écologistes en politiques qui vont dans le bon sens, mais c’est insuffisant pour inverser la tendance ». « Je suis pour une insurrection des consciences. La société ne changera pas si nous ne nous changeons pas nous-mêmes ». « On ne peut pas se contenter d’aligner les bouquins sur les étagères : il faut des actions concrètes ». « Ce qui se passe aujourd’hui montre que si nous n’avons pas la vérité, au moins, nous n’avons pas tort ».

Education. « Il faut se demander quel monde laisserons-nous à nos enfants mais aussi quels enfants laisserons-nous au monde ». « La société est dominée par les caractéristiques masculines et pas assez par les caractéristiques féminines ».

Sens de la vie. « Je ne suis pas né pour le PNB ». « Je ne sais pas s’il y a une vie après la mort. Mais on peut se demander s’il y a une vie avant la mort ; on travaille trop, il faut réduire le temps de travail ». « Partout, dans les pays pauvres comme dans les pays prospères, l’angoisse vis à vis du futur grandie. Mais il y a dans les pays pauvres, une joie de vivre que l’on ne trouve plus dans les pays dit prospères ».

Faim dans le monde. « Dans une seule graine de blé, il y a de quoi nourrir toute l’humanité. La démographie est une fausse question. Personne n’est de trop, la nature est d’une incroyable prodigalité et il y a assez sur terre pour nourrir tout le monde et éradiquer la famine. »

Humour. « Avec ce qui se passe en matière d’alimentation, avant de manger bientôt on ne devra plus se souhaiter ‘bon appétit’ mais ‘bonne chance !’ »

A voir

Loin du politique circus …

Nous, Ecologistes atterrés, appelons à renouer avec une écologie du quotidien, loin des jeux du ...