Accueil / Actualités / Il y a urgence à renforcer l’hébergement d’urgence

Il y a urgence à renforcer l’hébergement d’urgence

Les beaux jours reviennent. A la belle saison, on parle moins des sans abri. Pourtant, pour les familles et personnes isolées à la rue, trouver un toit pour la nuit demeure une préoccupation quotidienne. Hiver comme été. Les squats insalubres, les marchands de sommeil, les hôtels vétustes où s’entassent des familles en dépit des conditions d’hygiène et de sécurité sont en grande partie le résultat d’une politique inefficace du gouvernement proclamant « le logement d’abord » et qui a eu pour résultats de supprimer des milliers de nuités d’urgence en Ile-de-France, sans pour autant créer plus de logements (ou trop peu) !

L’hébergement d’urgence, et plus largement le logement devraient être au coeur des débats de la campagne présidentielle. Quel est le bilan de cette mandature en ce domaine ? Nicolas Sarkozy a-t-il tenu sa promesse faite en décembre 2006 que « d’ici à 2 ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir » ? François Fillon a-t-il eu raison de refuser un encadrement de la hausse des loyers à Paris ?

Je vous encourage à lire cet appel, et à consulter ici les propositions d’Eva Joly en matière de logement.

Appel de maires d’Ile-de-France
au Premier Ministre.

POUR RENFORCER L’HEBERGEMENT D’URGENCE

Nous, maires d’Ile-de-France, en appelons au Premier ministre pour que les moyens nécessaires soient débloqués pour assurer l’hébergement d’urgence et l’accompagnement des populations en grande précarité, qu’elles soient d’origine communautaire ou extracommunautaire, qui ont trouvé refuge dans nos villes.

Alors que le droit au logement est inscrit dans la loi, des milliers de femmes, d’enfants et d’hommes sont livrés à l’errance et sont mis en situation d’insécurité, dans ce qui s’apparente désormais à de véritables bidonvilles ou dans des immeubles, qui n’offrent pas les garanties élémentaires de sécurité.

Nous sommes ainsi confrontés à une injonction paradoxale : à la fois notre devoir de solidarité envers ces populations, auxquelles nous cherchons à apporter aide et assistance et l’obligation qui nous est faite d’assurer leur sécurité, en engageant des procédures pour faire évacuer des bâtiments ou campements.

Le plus souvent, nous allons au delà de nos compétences légales, pour en concertation avec les associations humanitaires et caritatives, apporter une aide d’urgence et initier un suivi socio-sanitaire.

Mais, compte-tenu de l’aggravation de la situation, nous nous sentons aujourd’hui, démunis et impuissants.

L’hébergement d’urgence relève de la responsabilité de l’Etat. C’est pourquoi :

– nous demandons au Premier ministre de convoquer, sous son égide, les Etats généraux de l’Hébergement d’urgence, réunissant les services de l’Etat, les collectivités territoriales et les associations concernées et visant à établir un véritable plan d’action pour permettre d’accueillir les personnes en grande précarité et en particulier d’établir une programmation pluriannuelle de places d’accueil ouvertes à toute personne sans abri et notamment les populations migrantes.

– nous demandons au Premier ministre d’augmenter et de pérenniser les places d’hébergement d’urgence au delà du 31 mars et du terme de la période hivernale.

– nous demandons au Premier ministre la création de places supplémentaires en CADA pour les demandeurs d’asile

<br/><br/>

Les premiers signataires :

Bertrand Kern – maire de Pantin, Pierre Aidenbaum – maire du 3eme arrondissement de Paris, Sylvie Altman – maire de Villeneuve-Saint-Georges, François Asensi – maire de Tremblay-en-France, Michel Beaumale – maire de Stains, Michel Bourgain – maire de l’Ile-Saint-Louis, Jacques Bourgoin – maire de Genevilliers, Jacques Boutault – maire du 2eme arrondissement de Paris, Daniel Breuiller – maire d’Arcueil, Jean-Jacques Bridet – maire de Fresnes, Pascal Buchet – maire de Fontenay-aux-roses, Frédérique Calandra – maire du 20eme arrondissement de Paris, Alain Calmat – maire de Livry-Gargan, Hervé Chevreau – maire d’Epinay-sur-Seine, Jean-Louis Cohen – maire de Sablon-sur-Seine, Gérard Cosme – maire du Pré-Saint-Gervais, Jérome Coumet – maire du 13eme arrondissement de Paris, Jean-Jacques Darves – maire de la Queue en Brie, Bertrand Delanoë – maire de Paris, Patrick Douet – maire de Bonneuil sur Marme, Rémi Feraud – maire du 10eme arrondissement de Paris, Michel Fourcade – maire de Pierrefitte-sur-Seine, Stéphane Gatignon – maire de Sevran, Daniel Guiraud – maire des Lilas, Christine Janodet – maire d’Orly, Patrick Jarry – maire de Nanterre, Philippe Kaltenbach – maire de Clamart, Olivier Klein – maire de Clichy-sous-Bois, Jean-Luc Laurent – maire du Kremlin-Bicêtre, Jean-Yves Le Bouillonnec – maire de Cachan, Roger Madec – maire du 19eme arrondissement de Paris, Catherine Margate – maire de Malakoff, Jacques JP Martin, maire de Nogent-sur-Marne, Didier Paillard, maire de Saint-Denis, Michel Pajon, maire de Noisy-le-Sec, Catherine Peyge – maire de Bobigny, Sébastien Pietrasanta – maire d’Asnières-sur-Seine, Gilles Poux – maire de la Courneuve, Jacques Salvator – maire d’Aubervilliers, Philippe Sarre – maire de Colombes, Gérard Ségura – maire d’Aulnay-sous-Bois, Sylvie Thomassin – maire de Bondy, Daniel Vailland – maire du 18eme arrondissement de Paris, Corinne Valls – maire de Romainville, Jean-François Voguet – maire de Fontenay-sous-Bois, Dominique Voynet – maire de Montreuil

A voir

Mort d'un sans domcile bois de Vincennes

C'est avec émotion, mais aussi avec consternation, que nous avons appris qu'un homme sans domicile fixe a été retrouvé mort samedi dernier dans le Bois de Vincennes. Comment, au 21e siècle, dans l'une des villes les plus riches du monde, une telle tragédie est-elle possible ?