Après le PLU le mauvais temps ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Le Plan local d’urbanisme (PLU) parisien n’est pas nul. Il est médiocre, décevant. Nous voulions construire une ville solidaire et humaine. Pas un vaste espace urbain livré à la convoitise des spéculateurs immobiliers et à la voiture. Nous sommes passés si près du rêve…

C’est l’avenir de Paris qui vient de se jouer. Le plan local d’urbanisme (PLU) configure notre ville pour les 20 ans à venir. Les élus Verts du Conseil de Paris ont choisi hier l’abstention. Ni vraiment pour, ni franchement contre.

Les raisons ? Le premier texte, adopté en février 2005, demandait à être largement amélioré pour faire plus de place aux logements sociaux, lutter contre la spéculation immobilière, favoriser les constructions en haute qualité environnementale, limiter les déplacements en rapprochant les zones d’habitation et de travail et créer des espaces de respiration végétalisés dans la ville.

Et c’est avec espoir que beaucoup d’habitants avaient participé à l’enquête publique. Mais le commissaire enquêteur a non seulement tenu quasiment aucun compte des remarques formulées sur les registres, mais de plus, sur bien des points, il a aggravé le texte : autorisant les immeubles de grandes hauteurs (dans les quartiers périphériques), densifiant encore et faisant la part belle aux bureaux contre les logements.  

Les élus Verts du Conseil de Paris espéraient apporter des rectifications afin de pouvoir voter un texte conforme aux engagements pris devant les électeurs. La plupart de nos amendements visaient à augmenter le nombre d’espaces verts, diminuer les places de parking et créer du logement social. Ils ont été repoussés par une majorité de circonstance PS, PC, MRC et UMP avec, fréquemment, le renfort d’une UDF plus modérée.

Ce PLU n’est pas nul. Il est médiocre, décevant. Nous voulions construire une ville solidaire et humaine. Pas un vaste espace urbain livré à la convoitise des spéculateurs immobiliers et à la voiture. Nous sommes passés si près du rêve…

Twitter

Facebook

Liens amis