Tous fichés, tous filmés, tous surveillés ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Je vous invite à participer à un débat sur les enjeux de l’installation des caméras de vidéosurveillance dans l’espace public.
Ce débat, en Mairie du 2e arrondissement, sera animé par Dominique LEGLU, directrice de la rédaction du mensuel Sciences et Avenir. A la suite des intervenants (ci-dessous), la parole sera donnée à la salle. Interviendront :
– Noé LEBLANC, chercheur basé à Londres (auteur d’un article récent sur la viédosurveillance dans Le Monde Diplomatique);
– André GUNTHERT, de l’EHESS (laboratoire d’histoire visuelle contemporaine);
– Laurent BONELLI, enseignant Paris X Nanterre, auteur en 2008 de « La machine à punir, une histoire sociale de l’insécurité »;
– Georges MOREAS, ancien commissaire de police;
– Sophie BODY-GENDROT, (enseignante à la Sorbonne) membre du comité de rédaction de la revue Urbanismes (sous réserve);
– Raoul SANGLA, cinéaste;
– Une ou un représentantE du collectif « Souriez, vous êtes filmés ».
La rencontre se déroulera en présence de Martine BILLARD, députée de Paris.
Vendredi 28 novembre à 19h00
en Mairie du 2e – 8, rue de la Banque
M° Bourse ou Sentier – RER Les Halles – Bus n°29.
Stations vélib’ rue de la Banque et rue d’Aboukir.
Pas de parking.

0 réponse

  1. Pour lutter contre le gaspillage de nos impôts que l’on pourrait mieux utiliser (vidéosurveillance ou logements pour les SDF qui meurent au Bois de Vincennes ?), il semble que l’on peut demander à voir les vidéos où l’on apparaît ? Chic, demandons tous une vidéo de "moi traversant la rue", "moi montant dans le bus"….Si chacun demande ses enregistrements, cela finira par coûter cher au prestataire. Et les élégants pourront admirer leur allure.

  2. Pour lutter contre le gaspillage de nos impôts, je vous propose la continuation de la politique laxiste en matière de sécurité de notre Maire. En effet, chère lizarel, peut être n’êtes vous pas au courant des trafics de drogue et de contrefaçon qui se déroulent au carrefour des rues saint denis et greneta. Vous devriez peut être vous y rendre avec vos enfants afin d’enfin pouvoir leur montrer une zone de non droits (pour les riverains j’entends bien). Vous éprouveriez ce petit frisson qui parcourt le téléspectateur devant le droit de savoir. Et tout ça à deux pas de chez vous . Vous y trouveriez une bande de jeunes (environ une quinzaine de 25 à 35 ans) avec qui vous pourriez vous entretenir des difficulter de l’insertion dans une société trop dure, des problèmes d’éducation, de la démission de l’état, et peut être même de la videosurveillance. Vous seriez je pense tous d’accords. "Non à la videosurveillance !", "1984 on y est"
    Vous verriez également de quelle manière les efforts déployés par les pouvoirs publics pour promouvoir les commerces de proximité sont ruinés par la présence envahissante d’une bande de malfrats qui vendent et consomment des drogues, de l’alcool, harcèlent les riverains, injurient, hurlent et dégradent. Vous vous rendriez compte finalement que vous ne feriez ni vos courses dans la boutique Bio, ni chez le cordonnier et encore moins dans les restaurants qui remplacent les sexshop et vous retourneriez, je ne vous en blâme pas, retrouver les commerces de la rue montorgueuil. Vous vous demanderiez alors pourquoi les pouvoirs publics ne font rien ou plutôt pourquoi il continue à financer l’installation de commerces tout en en programmant la mort à court terme.
    Ayant fait cette expérience, je vous rassure vous ne reviendrez plus jamais à ce croisement et n’y seriez donc jamais filmé … vous ne demanderiez donc pas à visionner le film de vos exploits … et vos impôts seraient mieux utiliser

  3. Bonjour,

    Je découvre avec intérêt ce débat fort intéressant. La vidéo surveillance est-elle dangereuse pour notre sécurité (avec votre référence usée de "1984") ou est-ce son absence ?

    M. Le Maire, vous semblez en être un farouche opposant, et vos arguments sont fondés, il ne faut rien faire qui puisse faire intrusion dans nos vies privés.

    MALHEUREUSEMENT, les problèmes d’insécurité au carrefour des rues St-Denis et Greneta demandent une réponse RAPIDE et PRAGMATIQUE.

    Alors, certes, je vous ai entendu proposé des mesures sociales et éducatives sur lesquelles nous sommes tous d’accord mais dont l’efficacité, et vous ne pouvez le nier, se mesurera dans une génération. Et durant ce laps de temps, la probabilité que l’opposition prenne la mairie est bien sûr non nulle et cette dernière défera votre politique (d’ailleurs quelles mesures avez-vous prises en ce sens ?), ainsi votre morale est sauve car vous, vous aurez su mettre en place une solution éthique (qui je pense fait l’unanimité).

    Mais d’ici 15 ou 20 ans mes enfants n’habiterons plus chez moi, et grâce à vous, et votre absence totale de clairvoyance, de responsabilités financière (car comme le précise Nicolas, vous subventionnez des commerces dans la rue St-Denis que vous envoyer droit dans le mur en laissant en place une mafia locale), mes enfants auront vécu avec la peur pour sortir de chez eux : merci.

    Qu’attendez-vous donc pour éradiquer cette situation au lieu de la laisser pourrir de peur de ne "déplacer le problème" d’après le post de "Habitant agressé" dans un de vos autres sujets ?

    Il n’est jamais trop tard avant que cette situation ne s’étendent à tous le quartier (d’ailleurs on voit souvent ces JV foncer sans casques et en scooter rue Montorgeuil), alors REAGISSEZ !

  4. Bonjour,
    D’abord merci pour vos commentaires. Je ne peux laisser dire que je suis inactif en matière de lutte contre les faits de délinquances qui se déroulent rue Saint Denis – je ne reviens pas ici sur les nombreuses initiatives que j’ai prises, les riverains les connaissent.
    Vous n’ignorez pas non plus que le maire ne possède pas les pouvoirs de police. Je ne peux que faire pression sur le Préfet et croyez bien, je ne m’en prive pas. Je suis simplement convaincu que la pose d’une caméra est une fausse piste. D’ailleurs la préfecture ne l’a même pas prévue dans le plan de vidéo surveillance qu’elle m’a fait parvenir. C’est bien la preuve qu’elle-même n’y croit pas !
    La vidéo n’a jamais empêché un délit de se commettre. Elle permet simplement, au mieux, d’en retrouver plus vite les auteurs. Le problème rues Greneta Saint Denis c’est que la police ne parvient pas à "qualifier" le délit. Cracher, insulter les gens, encombrer une porte cochère, faire du bruit, etc. sont autant d’incivilités qui pourrissent la vie des riverains mais qu’une caméra n’empêche pas. Seule une présence humaine régulière peut modérer ce genre de pratiques.
    Les transactions illicites s’effectuent bcp plus discrètement à l’abris des regards. Et donc là encore hors caméra. C’est donc une action de police judiciaire de démantèlement du reseau d’approvisionnement qu’il faudrait mettre en œuvre et que je ne parviens pas obtenir…. Pour une raison très mystérieuse. Pour en revenir au sujet des caméras, il faut savoir que pour visionner les écrans la préfecture a besoin d’effectif. En ces temps où le nombre de fonctionnaire est en cours de réduction, ce sont donc les effectifs de voie publique qui vont diminuer. Tout le contraire de ce qu’il faut faire rues Greneta Saint-Denis où le harcèlement policier commence à faire ses preuves. La situation s’est améliorée depuis qq temps, chacun en convient.
    Soyez convaincus que je n’ignore, ni ne tolère ces pratiques. D’ailleurs, j’habite à 50 mètres de la rue Saint Denis et j’y passe régulièrement (après avoir vécu très longtemps, jusqu’en 1994, dans une cité « sensible » HLM de Nanterre – je précise cela pour l’internaute qui me demande si je connais les cités sensibles de Nanterre – eh bien oui…). Ce qui me rend encore sensible aux comportements des petites frappes qui glandent au pied des immeubles. Par ailleurs, la reconquête de la rue par des commerçants qui remplacent les commerces pornographiques commence à produire des effets. D’ailleurs, même si c’est difficile, ils fonctionnent. Il faut au contraire persister. C’est une belle idée citoyenne au contraire à fortement encourager et soutenir.
    Je comprends votre désarroi face à une situation qui n’est pas acceptable. J’en suis conscient. Mais de grâce n’en validons pas pour autant des solutions qui – sauf peut-être dans les premiers temps – ne modifieraient en rien la situation et pire contribuerait à l’aggraver.
    Je vous invite à venir exprimer votre point de vue vendredi prochain à l’occasion du débat en Mairie.

  5. Mais si validons-la au contraire puisque vous ne pouvez -"voulez", vous ne me l’ôterez pas de la tête- rien faire !
    Une présence sur le terrain alors que la police ne vient et n’intervient au mieux qu’une demi-heure après le coup de fil -je rappelle que fut un temps où on nous raccrochait au nez !- pour assez souvent s’arrêter à une quinzaine de mètres quelques minutes ou leur serrer la main quand ils s’approchent plus près ? Eh oui, je l’ai vu de mes yeux vu plusieurs fois depuis ma chambre !

    Alors de grâce -je préfère vous parodier puisque de la grâce, vous en possédez autant que de l’efficacité sur ce problème-, validons cette installation qui ser

  6. Monsieur le maire qu’attendez-vous pour agir??? Un drame?!?

    Malheureusement je pense qu’un jour un acte malveillant surviendra d’un des deux cotés! celui de la petite mafia ou celui des riverains qui n’en peuvent plus de subir une telle agressivité, incivilité, arrogance, provocation et j’en passe….

    Pour reprendre la conclusion du commissaire du 2eme arrondissement lors d’une réunion a la mairie début 2008 au sujet de ce GROS problème de stup qui sévit depuis quelques années au carrefour St Denis/Greneta : malheureusement on ne pourra être efficace que lorsque un grave accident surviendra… en gros c’est ce que cela voulait dire!

    N’est-ce pas malheureux d’entendre une telle réponse à notre raz-le-bol quotidien.

    Arrêtez de vous apitoyer sur leur sort, du fait que ce soit de pauvres jeunes parfois sans orientation professionnelle. Pensez-vous une seule seconde que ces dealers souhaiteraient entrer dans un cursus professionnel, travailler 35H par semaine?? Pourquoi faire??? gagner en un mois de travail ce que leur trafic leur rapporte en 8-10 jours ??? d’où leur véhicule de haute gamme… alors que d’honnêtes travailleurs ne peuvent ou difficilement en faire l’acquisition.

    Supporteriez-vous devant votre porte d’entrée, une bande d’environ 10 hommes voire plus certains soir, sous l’effet d’une ou plusieurs substances illicites associé à l’alcool, armés, vous empêchant de rentrer chez vous, d’entendre des cris, des insultes, des bagarres, musique à fond portières ouvertes vous empêchant de dormir sur vos deux oreilles en attendant que vos enfants ou femme rentrent le soir.
    De croiser ces braves gens en pleine négociation dans le hall de votre immeuble. Et sans parler du carrefour servant de terrain de foot l’été, où les ballons attérissent dans les cours d’immeubles!!
    Imaginez leur puissance de tir!
    Je pense sincèrement qui vous auriez depuis longtemps agit contre ce fléau!!

    Le problème surviendrait rue Montgorgueil… une solution aurait été très vite radicale.

    Sans parler de la propreté de la voie public, où chez ces jeunes toute une éducation est a refaire! déchets en verre ou alimentaires jonchent le sol, un dit "urinoir" s’est installé au coin de la rue Greneta après le restaurant "Les délices Saint Denis"…Hummez cette bonne odeur qui règnent toute l’année et surtout l’été!!!

    Certes je conçois que l’installation d’une caméra de surveillance n’arrêtera pas le problème mais néanmoins pourra constater le port, la vente, et l’échange de divers stupéfiants.

    J’ai très récemment entendue une conversation entre ces revendeurs et un couple de futurs acquéreurs de shit, qu’une équipe de "collègues" se trouvant devant le square Emile Chautemps sur le boulevard Sébastopol pouvait les dépanner…

    Alors s’il vous plaît, essayer de prendre conscience deux minutes de vie que nous subissons tout au long de l’année…

    Je pense que vous avez désormais entre les mains les arguments nécessaires afin d’entamer une procédure efficace et radicale contre cette racaille qui nous pourrit la vie!!!

    Habitant angle St Denis/Greneta

  7. Malheureusement je pense que M. Boutault ne fera rien. Ce d’autant plus que si tous les riverains sont censés connaitre ses actions en faveur du quartier, nous sommes donc tous aveuglés par notre soit disante haine de bourgeois qui ne pensent pas à leur prochain ! Drapé dans ses poncifs anachroniques (non je n’ai pas dit anarchiste mais il y a comme un goût), il n’a que le déni comme considération valable. Comment nous réconcilier des "hommes politiques" avec de tels exemples ? Notre maire est soit disant jeune et prometteur, elle est belle la relève ! Bonjour l’hypocrisie ! Je pense que Sarko n’a pas de leçons à recevoir de lui (cf. certains articles sur son blog) ! Et lui, au moins, son avenir semble radieux !

  8. Vous avez brisé l’égalité des droits en abolissant les libertés des résidents du quartier St-Denis. Vous avez mis fin au monopole des droits à la sécurité et à la liberté de circuler dans tous ces grands offices de l’État, dans les rues, dans les parcs. Vous avez déclaré que l’homme le plus mafieux de ce pays est l’égal des plus humbles. Cette liberté que vous nous avez confisquée pour vos intérêts, vous l’avez retirée aux habitants des rues St-Denis et Greneta et vous confiez à l’opposition la mission de bâtir l’avenir sur l’espoir que vous avez fait disparaître. C’est plus qu’une défaite dans une bataille, plus que les réunions inutiles et les décisions contradictoires et toutes ignorances aux cris du peuple. Ce laxisme, cet étouffement pour tous les habitants, partout en tout lieu, cette crainte, cette peur de jouir des simples libertés, jamais personne à la mairie ne pourra l’étouffer. Vos mandats auront été inutiles, vos vies auront été vécues en vain.

  9. Que de lyrisme cher Danton ! Je reconnais bien la verve révolutionnaire de 1789 ! Plus sérieusement, vous me prêtez beaucoup (le droit de vie et de mort, la responsabilité de ce qui se passe depuis 300 ans rue Saint Denis, etc…). Rassurez vous, je suis bien plus modeste. D’ailleurs, je ne menace pas « de nettoyer la rue au Karsher » (chacun constate l’efficacité d’une telle fanfaronnade – elle a simplement permis la postérité à son auteur…). Je vous assure avoir moins d’ambition. Je cherche surtout à être efficace, même si je vous l’accord la situation, qui perdure depuis trop longtemps, n’est pas admissible. J’espère que vous déployez la même énergie auprès des autorités responsables de la sécurité publique : le Préfet de police et la ministre de l’Intérieur. Ainsi qu’en direction de la ministre de la Justice pour la convaincre (peut être serez plus efficace que moi) de l’urgence d’une action de police judiciaire.

  10. Plus sérieusement, je pense avoir bien compris votre position et l’absence de moyens de pression à votre disposition pour pouvoir faire une avancée sur ce terrain.
    Je suis le président du conseil syndical du 163 st-denis, je serai ravi de pouvoir vous rencontrer afin que nous puissions élaborer une stratégie pour faire pression sur les différentes institutions que vous mentionnez (comprenez que mon niveau est inférieur au vôtre dans l’échelle républicaine malgré mon pseudo), je souhaiterai vous faire part de quelques idées à ce sujet. Nous avons le même objectif, peut-être pas les mêmes idées sur les moyens mais nous pourrions nous coordonner afin de créer un poids plus important. Vous pouvez me joindre sur mon mail personnel que je mentionne dans ce commentaire de post.

    Dans l’attente de vos nouvelles

    Cdt

    ps : n’ayant pas appris la tenue d’une réunion sur ce sujet à la mairie ce soir que récemment, je ne pourrai malheureusement pas y être présent.

  11. Cher Nicolas,
    "Le maire ne fait rien", " Le maire refuse d’agir", "Manque d’implication flagrant", etc.. (on se demande d’ailleurs bien pourquoi il ne se rend pas sur place pour pousser une gueulante, le maire, une vraie, afin disperser définitivement tous ces indésirables, d’un ton de voix autoritaire et tonitruant. On vous le dit : il ne veut rien faire !). Heureusement, "l’élu de l’opposition, lui, nous a entendu"…
    Tout cela prêterait à rire si la situation n’était pas aussi sérieuse. Vos propos sont cousus de fil blanc. Ils sont non seulement improductifs, mais également souvent irrespectueux à mon égard, outre qu’ils sont injustes et faux.
    J’agis dans le cadre des moyens que me donne le Code général des collectivités territoriale. Demandez donc, comme je le fais sans lassitude, aux services de l’Etat de faire de même dans le cadre législatif, cela sera certainement plus utile.
    Cordialement tout de même.
    JB

  12. "Demandez donc, comme je le fais sans lassitude, aux services de l’Etat de faire de même dans le cadre législatif, cela sera certainement plus utile. "
    Justement qu’avez vous demandé précisément ? afin que l’on procède différement car votre action ne porte pas ses fruits…

  13. Je crois vous l’avoir déjà indiqué. Je crains que nous soyons dans ce qu’on appelle un dialogue de sourds. Je comprends votre exaspération, mais je crois que ce n’est pas en échangeant des arguments qui tournent en ronds que l’on résoudra ce problème difficile. JB

  14. Je ne comprends pas pourquoi, alors que les maires n’ont pas de pouvoirs de police à Paris, ces quelques habitants de la rue Grenéta et Saint Denis sont aussi invectivants à votre égard. Ou si je comprends. Ils sont de droite alors ils tapent sur un maire de gauche. Pourquoi ne s’en prennent-ils pas aux véritables responsables de la sécurité publique ceux quoi ont des moyens légaux pour agir : la préfecture de police, la ministre de l’intérieur et le gouvernement ? Parce que cela les mets dans la situation de se tirer une balle dans le pied. S’il ne se passe rien pour que la situation change rue Saint Denis c’est parce que la droite a intérêt à ce qu’il ne s’y passe rien… et en plus cela remonte son électorat épris de sécuritarisme.

Twitter

Facebook

Liens amis