Pas d’OGM dans les champs au printemps Une belle victoire d’étape !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

C’est gagné ! Provisoirement, gagné. L’activation de la close de sauvegarde a pour conséquence d’interdire les semis du printemps 2008. Pas d’OGM dans les champs. Mais pour combien de temps ? La future loi devra  le dire. Elle devra tenir compte de ce qui est désormais une certitude scientifique : il est impossible d’éviter la dissémination par les OGM. Une récente étude indique que des gênes modifiés ont été retrouvés à plus de 100 kilomètres de leur lieu d’origine.
Mais, dans l’immédiat, ne boudons notre plaisir. Samedi 12 janvier, avec José et ses amis, j’ai savouré la victoire, avalant un bol de soupe sur une table dressée rue de la Banque à Paris (2e).
Un moment chaleureux et émouvant. Les grévistes de la faim qui ont recommencé à s’alimenter, avaient entamé leur jeûne le 3 janvier, dans l’immeuble que nous avons préempté rue de la Banque. Certains commençaient à être affaiblis. Mais tous ont gardé jusqu’au bout un moral d’acier. Je tiens à souligner leur courage. Et à les remercier. Leur combat est essentiel pour préserver une agriculture paysanne. Une agriculture qui ne soit pas obsédée par la rentabilité mais qui mettent en valeur la qualité nutritionnelle des ses produits. Une agriculture qui respecte l’être humain et le vivant. Une agriculture qui ne soit pas totalitaire (car contaminant les cultures bio) mais qui offre une alimentation saine pour laquelle, je me bats depuis plusieurs années.
Avec cette victoire, par exemple, les restaurants scolaires du 2e arrondissement pourront continuer à servir des repas composés de produits exempts de manipulation génétique et de préférence issus de l’agriculture biologique, la seule qui respecte notre corps et la nature.

Twitter

Facebook

Liens amis