Mon intervention au Conseil de Paris sur les « écolo-crèches »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Monsieur le Maire, l’adoption du plan Climat en 2007 par notre Conseil a fixé des objectifs ambitieux à la Ville de Paris en matière d’écologie et de développement durable, notamment celui de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 30 % d’ici 2020 par rapport à 2004, de réduire les consommations énergétiques de l’éclairage municipal de 30 %, mais aussi d’augmenter notre consommation d’énergie provenant du renouvelable.

Ces grands objectifs généraux sont déclinés sur différentes thématiques et pour n’en citer que quelques-unes, je voudrais pointer notamment atteindre 30 % de bio d’ici 2014, dans les restaurants scolaires municipaux, rénover 600 écoles parisiennes d’ici 2020 pour que leur consommation énergétique soit revue à la baisse.

Avec la délibération qui nous est présentée aujourd’hui, un nouveau dispositif de l’action municipale est lancé en matière de progrès écologique.
Ce dispositif se distingue par son ambition puisqu’il concerne l’ensemble du secteur de la petite enfance, soit pas moins de 420 établissements municipaux où sont employés quelque 7.600 agents qui représentent une capacité d’accueil de 22.500 berceaux environ.

Ce plan consiste en l’établissement d’une démarche écologique globale prenant en compte à la fois les pratiques relevant des services centraux telles que la politique d’achat, la gestion des déchets, la construction et l’entretien du bâti, ainsi que les livraisons et les pratiques au sein de ces équipements.

Ainsi que nous l’apprend la délibération, cette démarche reposera en premier lieu sur l’établissement par un prestataire extérieur spécialisé de diagnostics environnementaux qui concerneront d’une part, la gestion relevant des services centraux, et d’autre part, les pratiques dans les établissements.

20 établissements pilotes représentatifs de la diversité des équipements sont ainsi ciblés cette année, puis une généralisation progressive de la démarche sera mise en œuvre.

Il s’agira d’analyser les pratiques de nettoyage, d’approvisionnement, de gestion des déchets, de gestion de l’eau et de l’énergie.

A partir des diagnostics réalisés, des groupes de travail rassemblant des personnels des services centraux avec ceux des établissements seront chargés, sous l’assistance du prestataire extérieur, de définir des possibilités d’évolution dans les politiques relevant des services centraux et dans le fonctionnement de ces établissements.

Des formations spécifiques à l’environnement, adaptées à chaque catégorie de personnel seront mises en œuvre, que ce que soit pour les directeurs ou directrices d’établissements, les auxiliaires de puériculture, les cuisinières, les agents techniques.
Une initiation des tout-petits au respect de l’environnement sera également mise en place.

La démarche mise en place sous l’égide de Christophe NAJDOVSKI est ainsi à la fois ambitieuse et pragmatique, ambitieuse par sa globalité puisqu’elle lie au sein des établissement l’ensemble des personnels, et pragmatique car il s’agit d’envisager une évolution progressive des pratiques en différenciant ce qui peut être réalisé à très court terme ou immédiatement et ce qui peut être réalisé à très long terme.

Compte tenu de l’intérêt du dispositif, l’ADEME Île-de-France a souhaité s’y associer en en finançant une partie notamment dans le domaine des diagnostics initiaux.

De nombreux efforts en faveur de la prise en compte de l’écologie et du développement durable dans les crèches ont été réalisés, puisque d’ores et déjà 25 % de l’alimentation y est bio, ce chiffre atteindra 30 % l’an prochain.

La petite enfance sera ainsi le premier secteur municipal à atteindre l’objectif du plan alimentation durable.

Paris a également été la première collectivité française, je le rappelle, à interdire les biberons contenant du bisphénol A.

Avec cette démarche écologique globale, il s’agit de continuer sur cette voie et de franchir un palier supplémentaire afin d’améliorer encore ce qui demeure la priorité de la municipalité, à savoir : la qualité de l’accueil dans les crèches pour le bien-être des tout-petits, du personnel, et dans le plus grand respect de l’environnement.

Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Twitter

Facebook

Liens amis