Lettre ouverte au maire du 10e arrondissement, à propos du Réseau vert

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Cher collègue, cher Tony Dreyfus,
 
Je suis surpris par ta décision de ne pas inscrire la délibération concernant le Réseau vert au dernier Conseil du 10e arrondissement. Je ne la comprends tout simplement pas. La majorité des Parisiennes et Parisiens est satisfaite de la politique municipale qui favorise le développement des transports en commun et donc réduit la place de la voiture (enquêtes PLU et PDP). La plupart des gens, et en particulier les familles, pensent qu’elle doit être poursuivie et même amplifiée.
Il reste tant à faire pour que notre ville, et notamment le centre de Paris, soit agréable à vivre et accessible au plus grand nombre. Une minorité de gens roule en voiture et occupe la quasi totalité de la voie publique. Cette minorité est responsable de la pollution de l’air, du bruit, de l’insécurité et des incivilités. Rétrocéder un peu de place à la majorité qui fait l’effort de se dispenser de ce mode de déplacement individuel obsolète en ville, est-ce trop demander ?
Plus personne ne conteste la contribution de la combustion des énergies fossiles à l’effet de serre. Le moteur à essence asphyxie les habitants des villes. Face à cela, les élus doivent agir. Il en va de leur responsabilité.
Favoriser les modes de déplacement les plus respectueux de l’environnement relève donc de notre devoir. Nous devons agir localement, là où nous sommes en responsabilité. Ne rien faire, laisser faire, nous sera reproché par les générations qui viennent.
Le réseau vert, cette continuité cyclable sécurisée permettant de rejoindre La Villette depuis la Seine, était très attendu des nombreux Parisiens qui n’ont pas de voiture (56% à Paris, 75% dans le 2e arrondissement). Elle ne sera pas réalisée.
Comme tu sais, personnellement, je ne possède pas d’automobile. Mais j’hésite à circuler à vélo dans Paris avec mes enfants. Le risque d’accident est trop important. Comme de nombreuses familles dans mon cas, nous espérions beaucoup de cette très modeste avancée que constituait le Réseau vert. Je vais donc continuer à me rendre en métro à La Villette le dimanche lorsque, avec mes enfants, je veux prendre un peu l’air.
Ton choix unilatéral de couler le Réseau vert pénalise les arrondissements qui jouent le jeu de la démocratie. Nous n’aurons pas le réseau dans le 2e car, par ta décision, tu romps la continuité cyclable sécurisée qui en est la raison d’être.
Pourtant, le contrat de programme que nous avons signé ensemble en mars 2001 contenait cet engagement. Je te le rappelle : « Création d’un Réseau vert de rues réservées aux piétons, cyclistes, rollers et transports collectifs ; Mise en place d’un vaste réseau cyclable et “ rollable ” et d’une politique globale en faveur du vélo. » Le Conseil de Paris et les Conseils d’arrondissement en avait récemment validé le principe. La démocratie, pourtant, Tony, tu ne t’en fiches pas !
Cher Tony, ta prise de position me déçoit énormément. Je ne doute pas que, par tous les moyens, tu reviennes rapidement sur ta décision. En toute hypothèse, il me semblait honnête de te faire savoir mon point de vue.
Reçois mes amicales salutations.

0 réponse

  1. Les socialos sont comme les vieux bourins. Ils callent devant l’obstacle. A bas la vieille gauche molle.

  2. Ce n’est pas une grande surprise, Tony Dreyfus ne fait RIEN pour le 10° et surtout pas au point de vue environnement (canal, espaces verts, velos).

Twitter

Facebook

Liens amis