Les Verts présentent leur contre-gouvernement

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Ringard ! Le cabinet fantôme du PS, chargé de contrer la politique du gouvernement est terne et sans saveur. Peu de diversité. Des jeunes, des minorités visibles ? Non. Des femmes, très peu. Ce n’est qu’un savant mélange de courants et de contre courants. Les Verts, eux, sous la houlette de leur responsable parlementaire, Noël Mamère, sont en mesure composer un contre gouvernement avec un bien meilleur casting… Voici, en exclusivité, la composition du Shadow cabinet vert.

Après le PS, il y a quelques jours (Lire Le Monde du 28 juin 2007 page 10), les Verts constituent leur « cabinet fantôme ». Paritaire, divers et d’ouverture, ce contre gouvernement écolo a bien meilleure allure que celui des socialistes.

Les affaires étrangères vont à Lipietz, trahi, anti-traite. Aux affaires européennes, il faut un geste fort : Francine Bavay. Cette ouverture à gauche marque à la fois une volonté de réconciliation entre les partisans du oui et ceux du non, et d’ancrage. Le développement qui est « soutenable » revient à Dominique Voynet, car elle n’a pas fait une mauvaise campagne. Puis, encore deux ouvertures marquantes dans ce shadow gouvernement vert : Christophe Girard, de retour, pour driver la communication et les nouvelles technos. Et Stéphane Pocrain à la Culture. Mais il faut aussi équilibrer. Marie Blandin est chargée de la Prospective. Baupin suivra le transport et l’énergie, deux domaines clés. Ministre de l’Intérieur et de l’aménagement du territoire ? Une politique technicienne : Mireille Ferri. Economie, Finances et Budget : Martine Billard car elle vaut bien Christine Lagarde. Justice et institutions : Eros Sana, pour contrer Rachida Dati. Et Alima Boumedienne, à l’intégration, pour répliquer à Fadela Amara. Défense : De Rugy pour la coupe de cheveux. Duflot : Logement et ville, c’est son métier. Pour suivre l’agriculture (et pour réveiller les médias dont l’attention se relâche), est nommé : José Bové. Boutault obtient la Fonction publique, l’emploi et les affaires sociales ; lourdes et sérieuses responsabilités pour ce jeune élu prometteur. Outre-mer : Catherine Grèze, car il faut aimer prendre l’avion. La jeunesse et le sport seront suivis par Farid Ghehioueche : il sait de quoi il parle. Quant à Yves Cochet, il est placé face à Hortefeux au codéveloppement et chargé de la démographie. Constassot (qui vient d’être papa) s’occupera de la Petite-enfance, Chantal Noquet de l’Ecole et Onesta de la réforme des universités. Deux spécialistes, enfin, au porte-parolat : Danièle Auroy et Jean Desessard.

Voilà : presque paritaire et diverse. Cette équipe, compétente et pleine de talents, attend de pied ferme que le camp d’en face, les scissionnistes de Tours, forme la sienne pour aller la combattre ! Ah ? J’ai cru que nous avions dit que nous voulions gouverner la France ? Me serais-je trompé ? Bon, allez Sarkozy, prends garde à toi !

0 réponse

  1. Bel exercice Jacques, on pourrait presque imaginer un cabinet exclusivement féminin ou des délégations plus originales comme la décolonisation, l’écologie populaire, l’autoproduction, la décroissance…
    Bravo pour ton blog et ta fidélité à tes engagements,
    Jean-Marie

  2. Ouarf, ouarf ! j’avais pas vu à l’époque : super marrant le shadow cab des Verts. Et à peine daté ! Bise à toi M. l’maire. Marie D.

Twitter

Facebook

Liens amis