"Les électeurs soutiennent notre révolution culturelle"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Propos receuillis par Marie QUENET
Le Journal du Dimanche
Suite de notre série sur les élections municipales à Paris. Cette semaine nous avons interrogé un élu Vert, Jacques Boutault, le maire écologiste du deuxième arrondissement, nous livre ses priorités et sa vision des enjeux des prochaines élections dans la capitale. Avec, évidemment, l’enjeu environnemental au coeur de son discours.

Jacques Boutault veut croire à un réveil des Verts à Paris. (MaxPPP)Jacques Boutault veut croire à un réveil des Verts à Paris. (MaxPPP)
 

Quels sont, selon vous, les trois grands thèmes de la campagne ?
Elle portera sur l’environnement, les questions de solidarité et la participation des citoyens à la vie publique.
Que proposez-vous en matière d’environnement ?
Dans le 2e, un des slogans de la campagne municipale sera « Familles, on vous aide ». Cela signifie une nourriture de qualité pour les enfants. On sert aujourd’hui 50 % de produits bio dans les cantines scolaires. Il faut parvenir à 100 %. Aider les familles, c’est aussi planter des arbres, remettre les grands boulevards à double sens (là, ce sont de vraies autoroutes urbaines !), ou créer plus de pistes cyclables. Actuellement, il est impossible de faire du vélo avec ses enfants dans Paris, c’est un infanticide ! Nous devons développer le réseau vert: des voies aménagées, où cyclistes et piétons sont prioritaires.
Vous voulez interdire la circulation de transit au centre de Paris…
Aujourd’hui, 50 % des automobilistes qui circulent au coeur de Paris ne font qu’y passer. Le centre doit être réservé aux personnes qui y travaillent, aux commerçants, aux habitants et aux circulations douces. Nous ne voulons pas créer un péage, mais réglementer. Si vous avez une voiture, vous n’avez pas le droit de traverser le centre. Si vous le faites et que vous êtes contrôlé, vous avez une amende. Comme à Rome. Le trafic automobile a déjà baissé de 17 % par rapport à 2001. Il faut continuer… et permettre aux gens d’utiliser d’autres modes de transport.
Lesquels ?
On va continuer à augmenter le nombre de bus, faire notre possible pour qu’il y ait plus de taxis, et promouvoir les transports alternatifs. Dans le 2e, nous soutenons Vélib’ (les vélos en libre service), et l’entreprise Cyclobulle qui proposera bientôt des déplacements à vélo assisté par pédalage électrique. Nous faisons la promotion de l’autopartage. Plus globalement, je propose un plan Marshall des transports en commun en Ile-de-France, financé par un emprunt régional. Il faut mettre en place une rocade de métro périphérique et achever le tramway d’ici à 2012.

« Victor Hugo disait que les cafés étaient le parlement des peuples »
Comment renforcer la solidarité ?
D’abord, il faut créer des emplois. Je défends la réappropriation du Palais Brongniart au profit des entreprises de l’information et de la communication. Cela permettrait de générer des emplois à haute valeur ajoutée, correspondant à la sociologie du 2e et ne générant ni déplacements ni pollution. Je souhaite aussi la réouverture de la Samaritaine. La réduction de la circulation au centre de Paris donnera plus envie d’y faire ses courses !
Les logements sociaux figurent parmi vos priorités…
Les quartiers centraux doivent aussi créer des logements sociaux. Dans le 2e, on les a multipliés par trois (de 1 à 3 %). On va continuer à préempter et lancer une opération d’aide aux copropriétés dégradées dans le Sentier. Au-delà, je souhaite que les amendes pour les communes qui n’essaient pas d’arriver à 20 % de logements sociaux soient considérablement augmentées. Il faudrait aussi une loi pour plafonner les loyers. Et une réglementation plus stricte concernant la vente à la découpe. Quand on achète un immeuble entier, et qu’on le revend par appartements, le prix doit être calculé au prorata du prix d’achat total.
D’autres mesures pour les familles ?
« Familles, on vous aide », c’est aussi améliorer la garde d’enfants. Là, on est encore au milieu du gué. Il faut aller plus loin, innover. Les crèches parentales, par exemple, semblent intéressantes…
Comment renforcer la politique de proximité ?
Victor Hugo disait que les cafés étaient le parlement des peuples. Je crois beaucoup à cette idée. Les gens se déplacent peu en mairie. Je rencontre donc la population après le travail, dans les cafés. On discute autour d’un verre. La proximité est importante. Je suis contre le cumul des mandats.
Les Verts ont fait très peu au premier tour de la présidentielle, craignez-vous de perdre la mairie du 2e ?
On a fait 2,1 % dans le 2e, c’est très faible. Mais cela ne reflète pas notre poids politique. L’électorat vert est celui qui a été le plus traumatisé par la présence de l’extrême droite au second tour en 2002, il a donc majoritairement voté pour Ségolène Royal. Mais nous retrouverons ces électeurs aux municipales. Ils soutiennent la révolution culturelle opérée depuis 2001.

Twitter

Facebook

Liens amis