Législatives : pourquoi je suis candidat ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Les écologistes du 1er, 2e, 8e et 9e arrondissements m’ont désigné, a une large majorité, pour les représenter dans la première circonscription de Paris aux prochaines législatives. Je les remercie pour la confiance qu’ils m’accordent. Je m’efforcerai d’en être digne et de réaliser un « miracle républicain » dans cette circonscription découpée sur-mesure pour la droite et réputée ingagnable.

Car, j’en suis convaincu : le message de l’écologie politique fait sens aussi dans ces quartiers. Nos propositions pour sortir de la crise par plus d’éthique et moins d’inégalités, mais aussi pour le bio, contre la pollution, pour limiter les hausses de loyers, etc. répondent aux préoccupation des gens. Surtout, nous souhaitons mettre en débat des questions qui interrogent notre avenir : quel futur souhaitons-nous pour nos enfants ? Quelle société allons-nous leur léguer ? Où nous entraînent nos modes de production et de consommation ? Sur quelle planète voulons nous vivre ?

La campagne sera donc active, riche et passionnante. Mais avant tout : pourquoi suis-je candidat ? En 2001, je suis élu maire du 2e arrondissement avec un score de 17% au premier tour (52% au second, liste gauche et écologistes). Pour la première fois, la gauche devient majoritaire dans le 2e. En 2008, alors que les écologistes s’écroulent partout à Paris, ma candidature recueille au premier tour 30% des suffrages et 68% au second.

Depuis que les écologistes dirigent cet arrondissement, la gauche est toujours arrivée en tête, quel que soit le scrutin. Aux régionales de 2010, par exemple, la liste francilienne d’EELV atteint 29% dans le 2e, devant celle du PS, réalisant son meilleur score en Ile-de-France.

Ces résultats témoignent d’une adhésion locale. Désormais, les écologistes ne sont plus seulement regardés comme sympathiques. Ils sont aussi considérés comme sérieux et efficaces. Cette évolution est avant tout la conséquence d’une méthode : un travail de terrain et une écoute quotidienne des préoccupations des citoyens. Elle est aussi le résultat d’une politique écologiste appliquée à un centre urbain dense : bio dans les cantines, démocratie participative réelle, aide aux plus démunis…

Aujourd’hui, le travail réalisé suscite un intérêt bien au-delà du 2e. La notoriété acquise par cette politique, menée depuis dix ans, me permet de penser qu’elle peut être utilement mise au service d’une circonscription.

Pour moi, le choix de celle-ci a été simple. Il s’agit de celle qui comprend le 2e arrondissement (où je vis depuis 18 ans). Cette circo est, dit-on, ingagnable. Qu’importe ! Mon objectif est d’abord de témoigner que faire de la politique autrement c’est encore une réalité. On se présente là où l’on vit, là où l’on milite. Porter la parole d’Eva Joly dans ces quartiers est une aubaine.

Et puis, avec une équipe de militantEs enthousiastes et engagéEs comme l’est celle des 1er, 2e, 8e et 9e arrdts « un miracle républicain » est possible ! Elu député, je ne cumulerai pas les mandats et assurerai la transition à la tête de la mairie du 2e.

Me consacrant pleinement à mon mandat, je défendrai à l’Assemblée Nationale une autre façon de faire de la politique : en phase avec les réalités et les enjeux d’aujourd’hui, tout en contribuant à engager la transition écologique dont notre pays, et notre planète, ont besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Twitter

Facebook

Liens amis