Le temps des cerises…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Des queues de cerises, c’est pas grand chose. C’est pourtant tout ce qui reste aux écologistes. Le vent est mauvais. Les électeurs sont fascinés, hypnotisés, obnubilés par le discours des médias. « Je vote pour celui pour qui tout le monde vote », semble dire l’électeur. Un effet de mode qui ne pourra que se démoder. Comment croire que ceux qui gouvernent, depuis cinq ans à l’Assemblée et dans les ministères, incarnent le renouveau ? Je suis convaincu de la mise en œuvre décomplexée, dès le 18 juin, d’une politique de droite sécuritaire, élitiste et ultra libérale. Les plus démunis resteront sur la touche. Le pouvoir de l’argent va se renforcer, les libertés se restreindrent.
La gauche et les écologistes peuvent, avec un sursaut, éviter le pire. Alors, pas d’hésitation ! A ceux qui croient en l’écologie politique comme force de transformation de gauche et indépendante, votez pour battre la droite. Moi, j’ai de la chance. Dimanche, je mettrai dans l’urne un bulletin Martine Billard : l’une des trois députés Verts. Et j’espèrerai des jours meilleurs. Car il reviendra, le temps des cerises ! S’il reste des cerises…

 Photo : Martine Billard, députée de Paris

0 réponse

  1. Si Martine était un fruit ce serait une cerise. Celle que l’on place sur le gâteau de la gauche – même s’il est en ce moment, un peu défraichi. Souhaitons qu’elle ne soit pas la bonne poire. Et que la droite ne se paie pas sa pomme. Sinon ça va faire une sacrée compote. Allez j’en fais le pari dimanche soir on aura tous la banane ! LaGlouse

Twitter

Facebook

Liens amis