Le PS défend le démantèlement du Musée national d’histoire naturelle et perd son sang-froid au Conseil de Paris

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Les élu-e-s Europe écologie-Les Verts déplorent la position du groupe socialiste au Conseil de Paris favorable au projet gouvernemental de déménager le site de Censier (Paris 3) sur l’îlot Poliveau, près du Jardin des Plantes. La mauvaise conscience de l’adjoint au Maire de Paris Jean-Louis Missika qui soutient, ainsi que l’UMP Paris, le démantèlement du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) l’a conduit à un dérapage inadmissible en séance du Conseil de Paris.

Répondant à mon intervention au nom du groupe écologiste,  il a préféré l’attaque à l’argument parlant de « point de vue à droite de l’UMP » et de « sottises »  concernant la défense du MNHN et la préservation du crapaud accoucheur, une espèce protégée présente sur le site. Pourquoi un tel excès de langage ?
L’ilôt Poliveau est une parcelle du 5e arrondissement actuellement occupée par des locaux du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) : 500 chercheurs et techniciens y travaillent quotidiennement. Ils sont le fleuron de la recherche naturaliste française, régulièrement plébiscités par les revues internationales scientifiques. L’îlot Poliveau abrite une biodiversité particulièrement riche, notamment une population exceptionnelle de crapauds accoucheurs (ou grenouilles clochette), inscrite sur la liste rouge de l’UICN des espèces menacées dans le monde. Ce patrimoine vivant exceptionnel est également menacé par le sinistre projet de réaménagement de l’îlot Poliveau. Les éluEs écologistes ont déposé un vœu pour que la Ville s’oppose à ce projet de transfert de Censier sur l’îlot Poliveau.
Le transfert du site de Censier est le coup de massue décidé par le gouvernement contre le Muséum, largement abandonné par le Ministère de l’Ecologie et celui de l’Enseignement supérieur et de la recherche depuis plusieurs années.
La densification de l’îlot Poliveau suppose en effet la suppression des espaces de production horticole pour l’entretien du Jardin des Plantes et la destruction de deux bâtiments remarquables: l’Orangeraie et le bâtiment de la « Graineterie » nationale ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Twitter

Facebook

Liens amis