Le cerveau de Claude Lanzmann bouge-t-il encore ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Pour vous répondre Monsieur Lanzmann, il faut du culot. Car vous êtes un pape – dans votre domaine et dans celui d’avoir tenté de suivre Sartre sur toutes ses brisées. Enfin, presque. Mais hors cela point de salut : vous n’êtes pas un expert en institutions publiques, ni en circulation. Ni semble-t-il en politique puisque vous ne voyez pas plus loin que l’horizon du boulevard Saint-Germain…

Un expert en amalgames, vous l’êtes. Un expert en confusion aussi. Une collectivité territoriale et l’Etat pour vous c’est pareil. De sorte que vous assimilez la Mairie de Paris au ministère de l’Intérieur. Il y a trop de policiers ? C’est la faute à ces « écologistes intégristes qui règnent à Paris sans partage ». Vous êtes tout de même un peu pitoyable Monsieur Lanzmann. Plus moyen de tourner à droite rue de Seine quand on roule boulevard Saint Germain ?  Contre cette infamie, que fait la « vraie gauche » ? Rien.  Alors vous appelez à la rescousse « les candidats à la candidature socialiste » (rien de moins que MM. Hollande, Jospin, Strauss-Kahn et Fabius) et accessoirement la « candidate désignée ». Leur mutisme les rend complices.
La pollution vous ne vous en fichez pas, bien entendu. L’effet de serre non plus. Désormais, c’est entendu, nous sommes tous écolos. D’ailleurs vous faites du vélo le dimanche. Mais modifier vos habitudes ? Vous déplacer autrement ? C’est la fin de la liberté ! Désolé de vous importuner avec la plèbe mais, ne vous est-il pas venu à l’esprit que la majorité des Parisiens et des banlieusards, celle qui prend le bus, le métro et (de plus en plus) son vélo approuve ? Bien sûr, cette majorité ne dispose pas de votre notoriété, ni de votre capital intellectuel, ni de votre accès aux médias, ni de votre pouvoir d’achat. Elle est donc négligeable.
C’est que, coincé dans votre auto, vous ragez de voir le petit peuple vous filer sous le nez, certes tassé dans son bus, mais glissant à bonne vitesse dans un couloir à lui réservé. Et vous l’imaginez vous narguant.  Réfléchissez : peut-être que cela, et simplement cela, sonne le glas de la gauche de salon qu’on appela jadis caviar. Ce qu’il y a de nouveau et surprenant pour le nanti que vous êtes, c’est que les Verts disent ce qu’ils vont faire. Puis le font vraiment. Vous étiez habitué, sans doute, aux promesses d’un soir électoral. Faire ce pourquoi l’on est élu, c’est assurément le lot de « dangereux bureaucrates » ! Non, de « technocrates aveugles ». Et puis, tiens, les deux : de « technobureaucrates » ! Car, bien sûr, ces élus Parisiens qui vous emmerdent, viennent de nulle part, ne sont pas désignés par le suffrage universel, ni d’ailleurs pas vraiment écolos. Ni bien entendu de gauche.
Je m’étonne de votre aveuglement et surtout de votre mauvaise foi qui n’a d’égal que votre ego surdimensionné. Vous avez les moyens, cher monsieur, de vous offrir « un taxi aux heures de pointe » ? Vous êtes un bourgeois que le métro dégoûte ? Qu’à cela ne tienne, dites-le sans ambages et allez au bout de votre raisonnement. Offrez-vous donc un abonnement avec code d’accès privilégié ! Puisque vos propos sentent la haine à plein nez, offrez-vous donc ce luxe : dites que le métro pue aux heures de pointe et l’on aura enfin compris qu’il n’est pas pour vous.
Comme toutes les capitales un peu à l’avant garde, ce que nous avons cherché à faire c’est soulager Paris, non pas des voitures, mais de l’infernale pollution qu’elles produisent, devenue insupportable aux enfants, aux vieillards et aux personnes de santé fragile, pollution générant beaucoup plus d’ennuis graves de santé que prendre le métro. A libérer un peu de cet espace urbain confisqué aux humains par ces millions de cockpits de métal et de feu propulsés dans nos rues.
Cela ne vous semble pas d’utilité publique ? Visiblement pas. Le bien commun ne paraît pas vous préoccuper. Il s’arrête au vôtre de bien-être, circonscrit au cadastre germanopratin… Las, il vaut mieux en rire. Mais la fraternité non plus ne semble guère vous effleurer : « des SDF aux trognes moyenâgeuses », cela aussi transpire la hargne et le mépris. J’en connais au moins un, si ce n’est une, qui se retournera désormais dans sa tombe lorsque vous traverserez la place qui porte leur nom, devant « Les deux magots ». Diable, monsieur Lanzmann, c’est vous qui parlez de « maladie » lorsque vous croisez un SDF ? Vous voulez évoquer une contagion sans doute ? C’est vous qui écrivez ça ? Cela sent mauvais, de forts remugles d’un autre temps. J’ai du mal à vous lire et à croire que vous êtes l’auteur de ces lignes. Vous voyez, cela me gêne presque davantage que votre « poupin Baupin », « poupin écolo », « poupine cervelle » et autre « tueur de voitures ».
Mais tout de même « poupin Baupin »… Cela résonne étrangement. Et l’analyse sémantique serait fort justement hors jeu. Elle réduirait votre texte à une peau de chagrin, alors qu’il est plein de savoureuses contre-vérités qui fondent sa démagogie. Simplement, on a tous le visage du hasard, celui de ses parents, de sa lignée, de son poids sur nous. Et, monsieur Lanzmann, n’importe quel visage vaut bien le vôtre.

(Réponse à l’article paru en pages Dialogues Le Monde du 1er et 2 avril 2007).

0 réponse

  1. Bonjour, puis je solliciter l’hospitalité de votre blog pour populariser le message suivant ?

    Vous vous plaignez que les partis d’oppositions ménent une campagne bien fade contre le candidat sortant, le ministre de l’intérieur, successeur de Charles Pasqua. Vous craignez l’instauration de la chasse aux sorciéres dans les médias, la création d’un ministére de l’immigration et de l’identité nationale, la liquidation des services publics, les bas salaires pour tous ? La police avec trop plein de pouvoirs et la Justice à deux vitesses ?

    En bref, comme moi, vous vivez mieux sans Sarko ?

    Alors, internautes, dites le ! Je vous propose le théme, inutile de rajouter un logo de parti, il se veut unitaire et personnel! Bien entendu chacun peut le décliner à sa convenance: sur la recherche, le gaspillage énergétique, une France sans 4*4, que sais je encore. Les artistes soyez les bienvenus, vous pouvez travailler le graphisme, proposer des cliparts plus originaux, contribuer par votre talent à donner à cette campagne un impact maximum !

    la suite est ici : servez vous et faites passer !

    oui-europe.over-blog.com/…

  2. Bravo Jacques !

    Il faut encore plus de culot pour écrire un tel article et aussi pour le publier !

    Où va Le Monde ?

    Amitiés
    Laurence

  3. Si vous écoutez France culture le matin ,l’émission d’Ali Badou vous entendrez un autre " je sais tout "Alexandre Adler ne pas rater l’occasion dans ses éditoriaux de fustiger au passage "les verts" quand il a pris le Taxi, lorsqu’il a décidé de se lever .
    j’étais outré des propos de Lanzman et votre réponse nous a fait le plus grand bien.

Twitter

Facebook

Liens amis