L'auto partage oui, Autolib' bof

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

J’encourage l’autopartage. D’ailleurs, j’ai souhaité la création de plusieurs sites et donné mon accord pour quatre emplacements dans le 2e arrondissement. En revanche, je suis beaucoup plus dubitatif sur l’idée de la voiture en libre service tel que le préconisent les socialistes dans leur programme pour Paris. Inconvénient majeur, ce principe réintroduit des voitures là où nous avions réussi à en diminuer la présence. Explications.

J’encourage l’autopartage. D’ailleurs, j’ai souhaité la création de plusieurs sites et donné mon accord pour quatre emplacements dans le 2e arrondissement. L’un avec la société Caisse Commune rue Vivienne (deux emplacements) et deux autres avec la société Mobizen rue du Louvre et rue de Pasletro.
Le principe de voiture partagée en libre service est une idée à creuser. D’ailleurs on lira dans Le Monde que c’est Yves Contassot qui l’a soufflée au Maire de Paris.
Mais 2000 emplacements de voitures partagées en libre service dans Paris semble un chiffre trop important (ce n’est pas le principe de l’auto partagée qui est contesté). Et cela pour plusieurs raisons.
1) Le nombre trop élevé d’autos en libre service risque de détourner vers la voiture ceux qui avaient fait le choix d’utiliser le vélos (et Vélib’ en particulier). Or, la voiture doit être un mode de déplacement accessoire en ville et non pas habituel. Il est préférable de développer les transports en commun et notamment (bus de désserte locale, tramway des gares…).
2) Le système Auto Lib’ n’est pas accessible à ceux qui utilisent leur voiture tous les jours pour travailler : une implantation massive va supprimer autant d’emplacements de stationnement sur voirie, rendant encore plus difficile la possibilité de se garer. Sur ce point, je m’étonne que pour certain la suppression de places de stationnement auto qui ne semble plus un problème, alors qu’il l’était pour vélib’, comme cela a été exprimé fortement au moment, pas si lointain, où nous cherchions des emplacements dans notre arrondissement.
3) Il faut dire clairement aux Parisiennes et Parisiens qui va payer : l’usager (quels tarifs ?) ? Ou la collectivité ? Puisqu’il s’agit de véhicules hybrides qui vont consommer du carburant de plus en plus cher. D’ailleurs,  partout où ce type de dispositif a été testé, il s’est traduit par un échec. Il faudrait communiquer aux électrices et électeurs les études réalisées qui, sauf erreur, ont été financées par la collectivité donc par le contribuable.
4) Concrètement quel dispositif sera mis en place pour éviter les stations trop vides et trop pleines, ce qui est le principal problème de Vélib’, et ce d’autant plus que l’on ne pourra pas déplacer les voitures sur des camions comme les vélos ?
5) La voiture, même hybride, n’est pas non polluante (recyclage des batteries…), la faible autonomie de batteries (80 km) incite à l’utilisation du moteur thermique à pétrole ; ce n’est donc pas un mode de déplacement écologique.
Pour finir sur une note d’humour : il existe déjà 15 000 voitures en libre service à Paris ? Cela s’appelle des taxis ! Travaillons plutôt à faciliter leur fonctionnement, par exemple par la mise en place de la carte multimodale ‘Pass mobilité » qui permet d’avoir un abonnement Transports en commun, vélib, autopartage, taxi etc… ce sera au moins aussi efficace que d’inventer un dispositif complexe et coûteux (en monnaie et en espace public).
Pour en savoir plus,  consultez les propositions des Verts en matière de déplacements sur le centre de Paris, sur http://paris2.lesverts2008.fr/spip.php?article75. Merci de me dire ce que vous en pensez.

0 réponse

  1. J’habitais au 33 rue Poissonnière lorsqu’un élu socialiste et pas des moins influant avait traité de « bobos égoïstes » les riverains qui s’opposaient au parking du grand Rex. Seul, vous nous avez soutenu. Les socialistes se disent convertis à l’écologie mais ils sont incorrigibles. Pour ma part, je n’habite plus là mais j’y ai gardé des amis et je peux témoigner avec eux que sans le Maire Vert du 2e aujourd’hui ce coin serait invivable. Merci. Marie

Twitter

Facebook

Liens amis