La primaire que nous voulons

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

ecologieLa primaire que nous voulons

Enfin un événement d’envergure dans le débat atone sur les
présidentielles de 2017 ! Des femmes et des hommes engagé-e-s,
intellectuel-le-s, artistes, sporti-f-ve-s, responsables politiques,
viennent de lancer un appel pour une grande primaire de la gauche et
des écologistes. Comment cette primaire serait organisée, avec qui,
avec quel projet ? Il n’y a pas encore de réponses à ces questions.
Celles et ceux qui ont lancé cet appel ont d’abord voulu ouvrir un
espace, un débat, un espoir peut-être. Et il faut saluer cette
initiative.

Pour nous aussi, ce qui compte c’est qu’une dynamique politique se
crée pour faire bouger notre société en panne et qui est de plus en
plus malade d’une croissance des inégalités et des dégradations
environnementales. Le coupable ? Une économie qui fait du culte de
l’argent et du profit le but ultime de l’action humaine et que n’a pas
cherché à transformer le gouvernement actuel.

Certes, l’élection présidentielle française est aujourd’hui en
elle-même d’abord un problème. Elle est la clef de voute d’un système
politique dans lequel les citoyens ne se reconnaissent plus. Elle
centre le débat sur une personne plutôt que sur un collectif. Elle est
souvent un frein à la nouveauté. Et historiquement, elle a fait
beaucoup de mal à l’écologie politique. Mais dans nos institutions
politiques actuelles, elle demeure malgré tout et malgré nous le
moment politique central. C’est pourquoi, tout comme celles et ceux
qui ont appelé à cette primaire, nous ne voulons pas qu’elle se fasse
sans nous, et une fois de plus contre les besoins écologiques et
sociaux. A nous, collectivement de mener le combat pour faire de cette
élection un moment démocratique utile, qui redonne de la valeur à la
politique. À nous de chercher à mettre au pouvoir nos idées, pour que
la prochaine fois, on puisse se passer de cette présidentielle parce
que l’on aura inventé autre chose. Si cette primaire qui a ouvert un
espoir peut permettre de construire une alternative, alors il faut
nous y engager.

Nous avons besoin d’espoir pour sortir de la crise, de la peur, de
l’état d’urgence, de la dérive sécuritaire et xénophobe. Nous avons
besoin d’espoir pour entrer dans la transition écologique, pour
inventer un autre monde du travail et de la production. Nous avons
besoin d’espoir pour construire une société ouverte, féministe,
non-violente et respectueuse du vivant dans toutes ses dimensions.

Nous qui voulons à la fois assumer radicalité et exercice du pouvoir
politique, nous savons qu’il est possible de transformer les
institutions de l’intérieur, à condition de demeurer en même temps
profondément engagés dans les mouvements citoyens. Justement, cette
primaire doit être l’occasion d’entendre d’autres paroles que celles
issues du sérail politique, que celles de ceux qui sont aux
responsabilités nationales depuis plusieurs décennies parfois. Cette
primaire, si elle est véritablement citoyenne, sera utile.

Résolument écologistes et anti-productivistes, nous souhaitons d’abord
mettre du contenu à cette primaire de la gauche et des écologistes.
Voici quelles sont nos priorités :

une nouvelle République dotée d’une Assemblée Nationale élue au
scrutin proportionnel, avec des pouvoirs renforcés et un contrôle
citoyen régulier

une Constitution qui inclut les principes de biens communs et de
biodiversité

un modèle énergétique et productif  sobre, économe et respectueux
de l’environnement, qui acte la sortie du nucléaire et engage un plan
massif d’investissement dans les énergies renouvelables

une nouvelle étape de la réduction du temps de travail et une
expérimentation à grande échelle du revenu de base inconditionnel,
pour sortir du chômage et de la précarité de masse

un audit de la dette publique de la France, l’élaboration de
plusieurs scénarios de révision de la zone euro, l’abandon des Traités
commerciaux libéraux (TAFTA) et l’adoption de normes sociales et
environnementales européennes communes et alignées par le haut

une politique intérieure qui vise à l’égalité des citoyennes et
des citoyens adossée à une politique extérieure de solidarité
internationale, de résolution diplomatique des conflits et de
coopération conditionnée au strict respect des droits humains

Une grande primaire pour prendre soin de la Terre et des Humains,
voilà la primaire que nous voulons et que nous voulons défendre
avec les forces vives, intellectuelles, syndicales, associatives.
Voilà un espoir auquel nous voulons croire et une possibilité
de nous dépasser collectivement.

Jean-Joseph Alain, Gilles Bénard, Jacques Boutault, Dominique de
Coster, Alain Coulombel, Alain Fournier, Marie-Claude Fournier,
Ghizlaine Guessous, David Jutier, Abdessalam Kleiche, Annie Lahmer,
Claudine Layre, Thierry Lecerf, Florentin Letissier, François Lotteau,
Lucia Martini Scalzone, Matthieu Ponchel, Serge Rivret, Laurent
Saint-André, Pierre Stoeber, Antoine Valabregue, Claude Vilain …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Twitter

Facebook

Liens amis