Ecolier clandestin

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Peut-on renvoyer dans un pays qu’il ne connaît pas un élève dont le seul tort est d’être arrivé mineur en France ? Information, débat et parrainages d’enfants sans papier le 17 juin en mairie du 2e arrondissement.
« Il est inconcevable d’imaginer un collégien menotté, entravé, bâillonné et scotché à un  siège d’avion pendant que ses camarades étudient paisiblement Eluard (« J’écris ton nom, Liberté ») ou du Bellay (« France, mère des arts, des armes et des lois ») et que, sans trembler, on efface son nom des listes ». Pour la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d’Elèves) et RESF (Réseau Education Sans Frontières) l’heure est à l’indignation. Et à la mobilisation face au sort réservé aux plus faibles d’entre nous : les enfants dont les parents n’ont pas de titre de séjour.

Il est fréquent que des élèves soient expulsés avec leurs parents en fin d’année scolaire. D’autres, arrivés mineurs, se voient, une fois majeurs, refuser leur régularisation et sont également menacés d’être expédiés vers un pays d’ « origine » qu’ils ne connaissent pas. Et avec lequel ils n’ont souvent aucun lien.
Certains de ces élèves sont scolarisés dans les écoles du 2e  arrondissement. Souvent isolés, contraints de rester discrets, ces jeunes souffrent d’un manque d’information et de soutien. Agissant au sein des établissements scolaires pour aider celles et ceux qui sont en situation irrégulière, RESF a été créé à l’initiative d’enseignants, de parents d’élèves et d’élèves. Pour mieux faire connaître son action témoigner de son soutien à ce réseau à caractère tout simplement humanitaire, j’accueille, en Mairie un débat sur ce thème le 17 juin à 10h00. A cette occasion, des enfants sans titre de séjour recevront un parrain ou une marraine FrançaisE qui s’engagera à veiller sur eux. Pour en savoir plus : http://www.educationsansfrontieres.org et http://www.fcpe.asso.fr/

0 réponse

  1. Je trouve la situation de ces enfants scandaleuses dans un pays tel que le nôtre.
    Mais d’autre part ne trouvez vous pas que la régularisation de ces familles renforcerais l’immigration clandestine ? L’Etat français a t-il les moyens d’entretenir tous ces gens ?

  2. Bonjour, L’Etat Français n’entretient pas ces familles qui souvent travaillent. Ces enfants feront, pour la plupart, de bons citoyens Français parlant notre langue, défendant notre culture. C’est une richesse ! Par ailleurs, et là j’en conviens l’argument est plus politique, la lutte contre la misère et la pauvreté, (immigration économique) le combat pour la liberté (immigration due aux guerres et aux gouvernements totalitaires) commencent autour de soi. Ici et maintenant. De façon concrète, en en assumant les conséquences. Je sais c’est beaucoup plus dur. Mais qui a dit que le courage n’était pas nécessaire en politique ? De plus, je pense que dans tous les cas, un enfant n’est pas responsable de ses parents. Il doit être protégé. Renvoyer ces enfants dans leur pays (ou leur pays d’origine que bien souvent ils ne connaissent pas et dont ils ne parlent pas la langue) revient à les conduire vers leur bourreau. JB

Twitter

Facebook

Liens amis