Accueil / Actualités / Quand la nature remplace les voitures (un court instant)

Quand la nature remplace les voitures (un court instant)

Parking Day, un événement mondial, ouvert à tous, propose de se réapproprier l’espace bétonné d’une place de stationnement par la création temporaire d’espaces végétalisés et conviviaux : jardins publics, terrasses, potagers, aires de jeu, lieux d’échanges originaux et créatifs, installations artistiques éphémères, actions ludiques et créatives.

Dans le 2e, une quinzaine de places de stationnement vont fleurir rue Notre-Dame des Victoires. Des interventions et des animations sont prévues autour de la Bourse et de la rue de la Banque dans le cadre du vide-greniers de la Mairie du 2e les 17 et 18 septembre.

Sur la place de la Bourse, Natural Brut du WWF s’associe avec Parking Day en installant « La banque du miel, la bourse ou la vie » de l’artiste Olivier Darné sur une place de stationnement. Une autre installation est prévue, entre Natural Brut du WWF et PARK(ing) Day, celle de artiste Ebcy sur le thème du 7e continent.
Au 6 rue des Jeûneurs sur un place de stationnement, Les Jardins de Babylone installent une table végétale composée de plantes invasives parisiennes implantées dans du marc de café.
Un « eco-toilette » dont la récolte sert de nourriture à des plantes potagères est aussi présente. Les plantes potagères sont directement implantées dans la cabine de « l’éco-toilette » composée de palettes de récupération.

Une occupation de place de Parking de nuit est prévue également (proposition du collectif Cut architecture) sous forme d’installation lumineuse (une forêt de néons verts).
Une Parade verte traverse Paris (vélos customisés, parcs mobiles, skates, rollers et autres véhicules verts…) du Parc de la Cité internationale à la place de la Bourse. Les vélos sont customisés avec des bambous de 3,5m sur lesquels sont accrochés des étendards verts, des parcs mobiles sont accrochés aux vélos. Ce cortège sera mené par le collectif Rebar venu de San Francisco, créateur de l’événement, et invité pour l’occasion par Dédale.

Venez nombreux vous réapproprier l’espace public !

Vendredi 17 et samedi 18 septembre.

Places de stationnements occupées par Park(ing) Day

Rue Notre Dame des Victoires (entre la rue du 4 septembre et la rue Montmartre).
6 rue des Jeûneurs
75002 Paris
Métro Bourse ou Sentier

A voir

safe_image

Contre la pollution, on a besoin d’écologistes !

L’épisode de pollution que nous connaissons n’est pas le premier (et probablement pas le dernier, ...

Un commentaire

  1. Lorsque vous parlez de réappropriation de l’espace public, je pense inévitablement au manque de civisme des scooters et des motos dans Paris. A mon sens la politique anti-voiture menée par votre équipe municipale depuis quelques années a conduit à un des pires fléaux : la multiplication exponentielle des véhicules à deux roux motorisés. Certes cette politique a été concluante d’un point de vue de l’automobile, mais il ne faut plus nous voler la face. La non gestion des conséquences a conduit à un fiasco prévisible (il suffisait d’aller voir à Rome ce qui s’y passait). Paris est envahie par des centaines de milliers de scooters et motos qui produisent de pires effets que ceux contre lesquels on lutte. Ils se garent partout n’importe comment (sur les trottoirs) et gratuitement (c’est d’ailleurs pourquoi ils se multiplient). Ils roulent trop vite et rendent dangereux l’espace public (c’est pourquoi on les achète). Ils polluent autant que les voitures (peu de contrôlent). Et surtout ils font plus de bruit que les voitures et rendent invivables les espaces piétons particulièrement au démarrage des feux de circulation où ils s’apparentent à des escadrons de la mort (remonter la rue de Rivoli à pied…). C’est donc une menace pour l’espace public et la vie citoyenne. D’autant que la possibilité qui leur est offerte de se garer gratuitement correspond à une privatisation de l’espace public. Ce n’est pas très démocratique de laisser le problème s’empirer d’années en années (ou alors c’est électoral parce que les conducteurs sont vos électeurs). Qu’attendez-vous pour agir ? Vous promenez-vous souvent à pied dans Paris ?