Accueil / Environnement / Chaque jour, la crise environnementale s’aggrave

Chaque jour, la crise environnementale s’aggrave

Les abeilles s’éteignent en nombre, les pesticides empoisonnent les Antilles,  le pôle nord est en train de fondre sous nos yeux… Chaque jour apporte sa mauvaise nouvelle. La planète va mal. Pour ceux qui en doutaient encore, la crise écologique est bien commencée. Et ce sont les plus démunis, les peuples les plus pauvres, les gens qui peuvent le moins pour se soigner, ceux qui vivent dans les régions polluées… qui en sont les premières victimes. Des Hommes meurent et avec eux des ours polaires, des abeilles. Il ne s’agit pas de dire : les Verts avaient raison. Mais de s’interroger. Que peut-on faire ? Première chose : il nous faut radicalement modifier nos modes de production et de consommation.  Prôner sans fin la croissance dans un monde fini est une absurdité.  Diviser par quatre nos émissions de gaz à effet de serre, en clair notre consommation devient indispensable. Mais comme certains possèdent très peu et vivent déjà difficilement, il n’y a pas d’autres issues que le partage, la solidarité et la mise en commun des moyens de production et de déplacement.
La sobriété n’est pas synonyme d’austérité. Moins de biens c’est plus de liens. Comme le dit Albert Jacquart : « Il n’est de richesse que l’autre ». Alors, cessons l’hypocrisie : il est parfaitement contradictoire de vouloir 3% de croissance, tout en s’affichant écologiste. Sans un changement radical, le Grenelle de l’environnement risque bien de n’être qu’une simple page de pub au service de ceux qui veulent un simple ripolinage vert de leurs politiques prédatrices. L’écologie c’est le partage et la solidarité.

A voir

Le drapeau de l'ultimatum climatique flotte sur la mairie du 2e arrondissement de Paris

En apposant le drapeau de l’Ultimatum climatique au fronton de la mairie du 2earrondissement de ...