Accueil / Paris / Conseil de Paris de juin 2018 : respecter les engagements du Plan Climat

Conseil de Paris de juin 2018 : respecter les engagements du Plan Climat

Ce conseil de Paris est l’occasion pour moi de défendre les engagements du plan climat. Le réemploi, le cadrage de la révision du règlement local de publicité, mais aussi la dénonciation de deux opérations de greenwashing récentes à Paris font partie de cette démarche. Par ailleurs, je m’oppose à la « contractualisation » budgétaire voulue par le gouvernement, véritable camisole de force passée aux collectivités locales.

Une contractualisation budgétaire inique

Si je la dénonce, c’est parce qu’elle va à l’encontre de la libre administration des collectivités territoriales et les contraint, alors même que l’État leur abandonne toujours plus de compétences.

Une ville qui se donne les moyens de respecter le plan climat

Notre ville, dans le cadre du plan climat et de sa stratégie zéro déchet, doit soutenir les initiatives liées à l’économie circulaire. Le réemploi est un maillon nécessaire vers le zéro déchet. A ce titre, je me félicite de la réouverture de la ressourcerie du centre de Paris. Le projet d’Emmaüs Alternatives est pertinent et complet au regard des thématiques du développement durable.

Les ressourceries parisiennes font partie intégrante de la stratégie zéro déchet de Paris, à laquelle le 2e arrondissement participe activement de par l’expérimentation, depuis un an, de !a collecte des déchets alimentaires des ménages et des modules de tri en libre service Trilib. Il est nécessaire que ces établissements bénéficient d’un budget pérenne de la ville de Paris car ils permettent d’alléger la collecte des déchets par la Ville de Paris.

J’ai rappelé à la ville son engagement de sortir rapidement de l’utilisation des produits phytosanitaires, a fortiori au regard des orientations du plan Climat soumis récemment à votation citoyenne. Nous ne pouvons accepter que les lobbies du béton, de la viande et des pesticides organisent des opérations de promotion dans notre ville sous couvert de biodiversité.

Publicité sous contrôle !

Je demande un bilan de l’actuel respect règlement local de publicité (RLP) avant d’en envisager sa modification. La loi prescrit l’exposé d’un rapport de présentation et je souhaite que le Conseil de Paris bénéficie d’éléments de diagnostic et d’orientation sur la densité et l’harmonisation de la publicité, avant décision de modification du RLP. En effet le texte actuel est protecteur et limite la pollution visuelle et environnementale générée par la publicité dans l’espace public. Je réitère aussi ma demande que JC Decaux retire les mobiliers urbains d’information laissés vides depuis janvier.

Migrant.e.s : un devoir de solidarité

Si je me suis dénoncé mercredi 30 mai pour délit de solidarité auprès du Procureur de la République, c’est pour mon opposition à la loi Asile et Immigration. Nous devons créer un centre d’accueil pour mineur.e.s isolé.e.s, personnes particulièrement vulnérables, et proposer urgemment des places pour mettre les personnes migrant.e.s à l’abri. Je déplore que Paris doive pallier les insuffisances de l’État en la matière, pour autant il y va de notre devoir d’humanité.

Protéger la culture

Je me satisfais que le dialogue social soit respecté au Forum des Images. Je ne suis pas opposé qu’il évolue et se dote de nouvelles missions. Pour autant, il ne doit pas abandonner sa mission patrimoniale, qui est son cœur de métier.

Cependant, la situation des salarié.e.s des catacombes est préoccupante. La prime de ces personnels, qui vivent un sous-effectif chronique, n’a pas été revalorisée depuis plusieurs années, alors même qu’ils travaillent dans un environnement difficile. La ville de Paris doit les entendre.

Hommage à Ronan Gosnet

Nous souhaitons l’apposition d’une plaque en hommage à Ronan Gosnet, tué au couteau le 12 mai 2018 rue Marsollier à l’âge de 29 ans par un homme se réclamant de Daesh.

A voir

Plan alimentation durable : Paris veut réduire sa dette écologique

Du champ à l’assiette ou de la fourche à la fourchette. Les expressions ne manquent ...