Accueil / Paris / Solidarité, vigilance et résilience

Solidarité, vigilance et résilience

Durant le Conseil de Paris de février 2018, j’ai défendu la solidarité des territoires franciliens, exprimé ma vigilance sur les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris et mon souhait d’un Paris plus végétal et plus résilient. Ce conseil a aussi été l’occasion pour moi de demander de nouveau la dépose des mobiliers urbains d’information de JCDecaux, le Conseil d’Etat ayant définitivement annulé le contrat transitoire passé entre la ville et l’opérateur.

Pour des territoires solidaires en Ile-de-France

A l’occasion du débat sur le projet de convention unissant ces deux départements, j’ai donné l’alerte. En effet, nous devons veiller à endiguer la ségrégation économique, sociale et territoriale croissante entre Paris et la Seine-Saint-Denis. Les Jeux Olympiques ne pourront pas tenir les promesses annoncées en termes de logement et d’équipement. Notre ville doit prendre la mesure de ce qui est nécessaire.

Jeux Olympiques : gare aux dérives

Sans me rallier à ce grand projet inutile que sont les futurs Jeux Olympiques de Paris, nous exigeons un contrôle plus strict des rémunérations des membres du comité d’organisation, jusqu’ici opaques. Par ailleurs je souhaite que l’avis conforme qui sera rendu par Paris fasse l’objet d’un vote transparent en Conseil de Paris. L’arbitraire et le discrétionnaire ne doivent pas devenir la règle : Aréna 2 et le projet de modifier le Règlement local de publicité ont été deux signaux négatifs.

Abeilles, arbres, imperméabilisation des sol : pour un Paris résilient

Je réclame de nouveau la dépose des mobiliers urbains d’information aujourd’hui vides – d’autant plus désormais que le contrat entre Paris et JC Decaux est définitivement annulé par le Conseil d’Etat– au profit de la plantation d’arbres, vecteurs de fraîcheur et dépolluants.

C’est aussi dans cette logique que je m’oppose à l’élagage et la coupe d’arbres autour d’un terrain d’éducation physique du 15e arrondissement, et plus généralement à l’imperméabilisation des sols. Le bétonnage de Paris empêche la bonne absorption de l’eau de pluie. Continuer dans cette voie, c’est aggraver les phénomènes de crue de la Seine, d’ores et déjà de plus en plus graves et fréquents.

J’ai demandé une étude d’impact des ruches existantes sur la biodiversité. En effet, les abeilles domestiques, en trop grand nombre, ne doivent pas nuire à la biodiversité en pénalisant la vie et l’alimentation de leurs congénères sauvages, notamment présentes dans les deux bois parisiens.

Art et espace public : quelle méthode ?

J’ai interrogé la maire de Paris sur le cadeau de Jeff Koons en hommage aux victimes de l’attentat du 13 novembre, situant le débat plus largement sur la question de l’art dans l’espace public. Nous devons penser l’emplacement des œuvres d’art sur l’espace public en cohérence avec l’architecture de la ville et en concertation.

A voir

130626-Hôtel-de-ville-Paris

Une ville sobre, vivable, avec une alimentation durable !

Au conseil de Paris des 2, 3 et 4 mai 2018, j’appelle à une ville vivable ...