Accueil / Actualités / En finir avec les spectacles avec animaux sauvages

En finir avec les spectacles avec animaux sauvages

Une jeune tigresse échappée du cirque Bormann Moreno a été abattue par son dresseur le 24 novembre dernier dans le 15e arrondissement de Paris. Notre ville doit donner l’exemple et cesser de cautionner la captivité des animaux sauvages et leur exploitation par des sociétés de spectacle. Les prochaines générations ne peuvent pas apprendre que les animaux sauvages et exotiques sont voués à l’unique divertissement des humains.

Un dressage cruel

Les animaux sauvages figurant dans les spectacles de cirque sont dressés dans des conditions brutales. Le dressage est violent à dessein, car il vise à contrecarrer sa nature et à faire exécuter à l’animal des gestes dont il n’a pas le reflexe et qui donc l’effraient et le font souffrir. Nous savons que les exercices d’équilibre, chez les éléphants, leur occasionnent des dérangements moteurs. Quant à faire sauter un tigre dans un cercle de feu, c’est seulement possible lorsque la peur de la punition est supérieure à celle du feu. Imaginons la cruauté avec laquelle il est dressé.

Quant à la captivité, même chez les animaux qui la subissent dès leur naissance, elle génère des souffrances. Les sujets concernés adoptent des comportements répétitifs, sans but ni fonction (tourner en rond dans une cage, balancer la tête de droite à gauche…).

L’évolution de l’opinion publique

C’est conscient de cette réalité que j’avais déposé un voeu en conseil de Paris en septembre 2016. Celui-ci avait débouché sur la constitution d’un groupe de travail composé d’élus, de l’administrations, d’associations de défense des animaux, de professionnels du cirque. Parmi ces derniers, certains ont pris la mesure de l’évolution de l’opinion publique. André-Joseph Bouglione a récemment décidé de supprimer les animaux de ses spectacles. Après 146 ans d’existence, le plus grand cirque avec animaux des Etats-Unis, Ringling Bros. Barnum & Bailey, sous la pression, notamment, des associations de défense animale, vient aussi de décider de ne plus organiser ce type de spectacle.

Les Parisien.ne.s y sont prêt.e.s. Une pétition initiée par le collectif citoyen « Paris sans captivité animale » recueille actuellement quelque 30 000 signatures. Plusieurs communes en Ile-de-France, notamment Bagnolet, Montreuil, Yerres, Fontenay-sous-Bois, Bessancourt, ont proscrit sur leur territoire les cirques avec des animaux sauvages. 41 pays, dont l’Allemagne, l’Autriche, le Portugal, le Danemark, la Suède, la Bolivie, le Costa Rica, le Liban par exemple – ont aussi pris des mesures contre la souffrance et la condition de vie des animaux de cirque.

Il serait navrant que Paris soit à la traine. Serons-nous la dernière capitale à accueillir des spectacles utilisant des animaux captifs et dressés pour notre « plaisir » ? Pour que Paris reste innovante et à l’avant-garde en matière d’écologie (dont la condition animale est le socle) je demanderai à nouveau, lors du prochain Conseil de Paris que la ville s’engage à bannir de son territoire les cirques avec animaux sauvages et cesse de cautionner cette souffrance inutile, cruelle et digne d’un autre âge.

A voir

panneaux numériques

Annulation du contrat de pub Paris-JC Decaux : le bon sens

Le contrat publicitaire passé entre Paris et JC Decaux est annulé par le Conseil d’Etat. ...

Laisser un commentaire