Accueil / Actualités / Le monde écologiquement à découvert

Le monde écologiquement à découvert

Ce 2 août, nous avons officiellement consommé toutes les ressources terrestres et l’actualité ne laisse présager rien de bon. Les déclarations de Donald Trump, la faille dans l’Antarctique, les épisodes caniculaires… ne peuvent que nous inciter à davantage d’économies et à aménager nos villes pour qu’elles soient moins énergivores. Je suis maire d’un territoire de 22 000 habitantes et habitants. Notre maison brûle ; alors comme le colibri, je fais ma part pour éteindre l’incendie.

Notre alimentation est l’un des piliers fondamentaux d’une planète moins chaude

Pour favoriser les circuits courts qui consomment moins d’énergie car transportés de moins loin, les élèves de notre arrondissement mangent des légumes de saison et nous nous fournissons au plus proche de notre territoire. Des AMAP sont présentes dans notre arrondissement et nous les encourageons. Même si nous ne nourrirons pas le 2e arrondissement avec, nous avons installé des ruches et deux jardins potagers sur les toits d’immeubles de l’arrondissement qui produisent tomates, courgettes, pommes de terre, herbes aromatiques, etc.

Territoire bio depuis 2001

L’agriculture biologique est aussi liée au réchauffement climatique. Les cultures intensives mobilisent des espaces conséquents, qui appellent remembrements, abattage d’arbres et de haies. Or ces dernières contribuent à la biodiversité, à absorber les émissions de CO2 et à rafraîchir l’atmosphère. L’agriculture biologique, la biodynamie et la permaculture mobilisent moins d’espaces et n’entraînent aucune déforestation et les produits qu’elles emploient ne détruisent pas la biodiversité. Nos cantines servent désormais 91% d’aliments biologiques.

Un repas végétarien dans les cantines depuis presque 10 ans

Depuis 2009, un repas végétarien est servi chaque semaine à tous les élèves des cantines du 2e arrondissement. Depuis le printemps 2017, les collégien-ne-s peuvent choisir tous les jours une alternative végétarienne au repas carné. La mesure sera généralisée en septembre. En effet, outre la souffrance animale générée par l’alimentation carnée, la pêche en eau profonde dépeuple les fonds marins et l’élevage produit autant de CO2 que les transports et est fortement consommateur en eau et en terres arables.

Non à l’incinération des déchets !

L’incinération des déchets pollue l’air, rejette dans l’atmosphère des particules fines et réchauffe la planète. C’est pourquoi le 2e arrondissement s’engage dans le réemploi et dans le tri des déchets. Nous rouvrirons une recyclerie en 2018. Le tri des déchets alimentaires est en place dans les cantines scolaires depuis 2015 et la collecte en porte-à-porte des déchets de cuisine et des repas est expérimentée depuis le début de l’année.

Privilégier les circulations douces

Le 2e arrondissement privilégie les circulations douces et la sécurité des piéton-ne-s et des cyclistes. La quasi totalité des rues (à l’exception des grands axes) sont limitées à 30 kilomètres/heure et nous installons des pistes cyclables partout où nous le pouvons. Nous alertons régulièrement la ville de Paris sur la gestion de la zone piétonne du quartier Montorgueil, afin d’y restaurer un contrôle effectif des véhicules. C’est une de nos façons de lutter contre la pollution de l’air.

Encourager l’autopartage

Nous expérimentons depuis mai 2017 l’autopartage de véhicules électriques pour les commerçant-e-s et les artisan-e-s.

Encourager une vision écologique du sport

Et si nous nous opposons aux Jeux Olympiques, c’est avant tout pour le symbole mais aussi pour mobiliser contre des travaux inutiles et onéreux, en plus d’imperméabiliser des sols en zone inondable. En revanche, nous sommes promoteurs d’un sport pour toutes et pour tous de proximité. Nous avons aménagé pour cette raison un terrain de glisse pour les skates rue Léon Cladel et posé des agrès en libre service rue Ménars.

En agissant au quotidien pour le bien-être des Parisien-ne-s du 2e tout en prenant en compte le contexte climaticide dans lequel nous sommes, c’est prendre notre part dans le combat pour la réduction de notre dette écologique.

A voir

Capture

Consommateurs pas cobayes : pour l’avenir de nos enfants

Cela fait des années que les écologistes alertent sur les dangers des pesticides et des ...