Accueil / Actualités / Mc Donald’s : continuons la mobilisation

Mc Donald’s : continuons la mobilisation

L’empire du hamburger étend sa toile. Contre l’avis du conseil du 2e arrondissement et des riverains, Mc Donald’s persiste et signe. Il annonce qu’il va ouvrir boutique en haut du marché Montorgueil. Tel un coucou, la multinationale de la malbouffe vient faire son nid au cœur d’un quartier réputé pour la qualité de ses commerces alimentaires, au croisement des rues Réaumur et des Petits-Carreaux. Je reste vigoureusement opposé à l’installation de cette enseigne symbole, aussi, de l’évasion fiscale et des emplois précaires, fossoyeuse du commerce de proximité si vital pour un centre-ville.

Une opposition sans relâche

Voici des années que je lutte, avec l’équipe municipale, pour conserver le 2e arrondissement « zone sans McDo ». Soutenu par de nombreuses personnalités politiques et des associations de riverains, je me suis opposé à trois reprises au permis de construire déposé par cette enseigne. Plusieurs manifestations de riverains sont intervenues pour la décourager d’occuper l’espace qu’elle convoite. Et je continue à m’opposer à ce projet.

Une enseigne qui pourfend les valeurs du 2e arrondissement

L’élu écologiste que je suis défend dans notre centre-ville un tissu commercial et artisanal de proximité et de qualité. Or l’omniprésence des franchises renchérit les loyers commerciaux, chasse les acteurs historiques et formate le cœur des villes sur un modèle uniforme, imposé par les grandes marques internationales. A petit feu c’est la qualité commerciale, la qualité de vie, l’authenticité de Paris qui risquent de s’éteindre. Je lutte en tant que maire pour la diversité de nos commerces pour le maintien des commerces de proximité et une vraie vie de quartier.

Repas trop riches, insipides, organismes génétiquement modifiés, viandes importées de pays qui nourrissent le bétail aux hormones… la liste est longue. McDonald’s est bien la star internationale de la malbouffe. Son modèle économique repose sur la précarité des emplois, des horaires avilissants empêchant toute autre activité suivie, et des salaires dérisoires, pour des conditions de travail pour le moins discutables. N’ayons crainte de l’affirmer haut et fort : cette enseigne est indésirable à tous points de vue.

Le Conseil de Paris a relayé mon opposition à la demande de permis de construire en novembre 2013 et en juin 2015. Hélas, la maire de Paris n’a pu préempter le site que l’enseigne de restauration rapide convoite, et n’a pu lui proposer d’autres lieux.

Qui fait la loi sur un territoire ?

Mc Donald’s veut s’installer contre l’avis de tous et cela pose une vraie question démocratique : qui décide d’un territoire ? Qui décide des enseignes que croiseront nos enfants à la sortie de l’école ? Les citoyennes et les citoyens, représenté-e-s par leurs représentant-e-s élu-e-s ? Ou les multinationales ? Il semble que la justice ait donné raison aux multinationales en accordant ce permis à McDonald’s. Il nous reste la mobilisation citoyenne pour nous faire entendre.

A voir

menus végé

Rentrée 2017 : un repas végétarien tous les jours pour tous les élèves qui le souhaitent

La rentrée des élèves du 2e arrondissement de Paris a été émaillée d’une innovation : ...