Accueil / Actualités / Forum Europe écologie Paris : construire ensemble la majorité de demain

Forum Europe écologie Paris : construire ensemble la majorité de demain

Elections européennes, élections régionales. Jamais l’écologie politique n’avait réalisé de tels scores en France et particulièrement à Paris. Jamais nous n’avions enregistré d’aussi bons résultats à deux élections consécutives. Comment poursuivre et amplifier cette dynamique ? Le Forum Europe écologie Paris, organisé le 10 avril en mairie du 2e arrondissement devra apporter les premières réponses à cette question. Avec en tête deux objectifs : confirmer ces bons résultats aux législatives et présidentielles de 2012 et amplifier notre dynamique en vue d’être majoritaire à Paris en 2014.

Pour atteindre ces objectifs nous devons poursuivre et parachever le rassemblement des écologistes. Toutes les forces qui se reconnaissent dans l’écologie politique doivent y contribuer. Chaque citoyen convaincu que l’écologie est une force de transformation pour un monde débarrassé des inégalités, de l’injustice, de l’exclusion et des souffrances au travail est invité à se joindre au débat.

Rassembler c’est dépasser nos divergences, poursuivre l’ouverture, travailler collectivement.

C’est ce que notre secrétaire nationale, Cécile Duflot, appelle la transmutation, c’est à dire la transformation de l’intérieur, grâce à un apport extérieur, mais une transformation profonde. Une transformation radicale pour un changement de paradigme radical. L’écologie politique se reconnaît à gauche car elle est l’héritière des mouvements d’émancipation sociale des 19 et 20e siècles. Mais elle n’est pas dans la gauche traditionnelle, incapable de repenser son projet autrement qu’à travers une prédation accrue sur les ressources de la planète et une croissance sans fin dans un monde fini.

Bien sûr, s’unir, se transformer comporte des risques. Et la période est difficile : attention au repli sur soi, aux débats abscons et sans fonds qui épuisent les ardeurs militantes. Méfions nous de la réforme cosmétique, superficielle qui accoucherait d’une organisation « Les Verts bis » et retomberait vite dans ses vieilles habitudes. Ne cédons pas non plus collectivement aux facilités qu’apportent la société médiatique, en laissant les leaders les plus en vue conduire le débat et confisquer, par leur simple audience, la parole militante.

Le calendrier a été clairement posé. Etats généraux en régions au mois de juin, poursuite du débat en août aux journées d’été de façon à ce qu’à la fin de l’année 2010, nous soyons en ordre de bataille pour préparer 2012. La règle du jeu a été clairement posée par Dany Cohn-Bendit : une femme ou un homme = une voix. Toutes les options stratégiques sont ouvertes. Il s’agit d’imaginer maintenant comment on se structure. Comment associer au fonctionnement d’une nouvelle organisation les membres du réseau Europe écologie et les adhérent(e)s verts sans que les uns y perde la spontanéité et la souplesse du fonctionnement en réseau et que les autres se sentent dépossédés du travail militant qu’ils ont élaboré. Bref, il nous faut prendre ce qu’il y a de meilleur dans chacune des deux organisations : la dynamique, l’énergie, la vision européenne d’EE, les forces militantes,l’antériorité programmatique et le fonctionnement démocratique des verts.

Et dans le même temps, nous devons parler du projet. C’est à dire répondre à la question : Qu’est-ce qu’on a envie de construire ensemble ?

Il est bien entendu encore trop tôt pour répondre. Car nous ne sommes qu’aux prémices du processus. Mais j’ai la conviction que c’est ensemble, ouvert à la société, en prenant le risque du débat que nous devons construire, élaborer ce projet politique. Un projet politique qui ne soit pas culpabilisateur mais qui soit en mesure de forger un imaginaire écologique, mobilisateur, qui donne envie.

Nous devons résolument nous tourner vers la société, les vrais gens. Ceux qui sont investis dans les luttes de quartiers, contre les discriminations à l’égard des femmes ou des homos, ceux qui galèrent dans les transports, qui en ont ras le bol de l’agression publicitaire, qui n’ont pas les moyens de se loger décemment ou qui peinent à faire garder leurs enfants. Nous devons accompagner le combat des sans papiers, mais aussi la lutte de ceux qui veulent des meilleures conditions d’études à l’école et à l’université, ceux qui se battent contre les inégalités sociales, la grande pauvreté, le bradage de nos retraites. Ceux qui en ont marre de bouffer la merde de l’industrie agroalimentaire et voient autour d’eux, dans leur famille, parmi leurs amis, les gens crever d’un cancer à 50 ans.

C’est avec eux que nous devons élaborer notre projet. A eux que nous devons dire que l’écologie politique, par sa remise en cause du productivisme, de la compétition permanente et de la concurrence de tous contre chacun, apporte des réponses au mal vivre.

L’écologie permet de rompre avec l’idée de la centralité de l’économie. On produit pour être compétitif. Dans son projet sur le grand Paris, la droite n’a qu’une obsession permettre à la capitale de tenir son rang dans la compétition que se livreraient les métropoles mondiales. Et tant pis si cela a pour conséquence d’allonger les temps de transport, d’accroître la pénibilité du travail, de renforcer le démantèlement des libertés individuelles publiques.

Le défi qui nous est posé est le suivant : comment répondre à ces problématiques sans tomber dans les réponses toutes faites, inspirées du productivisme de gauche ? Car finalement le produire plus pour partager plus, n’est autre que la version de gauche du travailler plus pour gagner plus.

Alors oui, inventons ensemble. Dans le Centre de Paris les Verts et Europe écologie ont décidé de fusionner leur liste de diffusion. Et dans le but de commencer localement la construction du projet nous, appellerons d’ici l’été, à une réunion publique pour débattre avec tous les citoyens qui le souhaitent, engagés dans les luttes sociales et environnementales.



A voir

Mon discours aux élu-e-s du 2e arrondissement qui m’ont élu maire

Au moment où vous m’accordez la responsabilité de conduire notre nouvelle équipe municipale, j’ai en ...

3 commentaires

  1. Venez nombreux en débattre.

  2. j’ y serai !

  3. Daniel Cohn-Bendit n’a pas fixé de règle du jeu, de quel droit le ferait-il, il a donné son point de vue dans une initiative qui ne concerne que lui puisqu’il n’a consulté personne et dans laquelle les Verts ne sont pas engagés. Le CNIR a d’ailleurs totalement ignoré tous les « Appels » « Coopératives » et initiatives unilatérales.

    Pour l’instant nous en sommes à la phase du débat et « un homme une voix » ce peut-être une organisation unique comme ce peut-être une fédération où chaque partie constituante pèse proportionnellement au nombre des ses membres.