Accueil / Actualités / L’économie circulaire, j’y tiens !

L’économie circulaire, j’y tiens !

DSC_0869La Mairie du 2e devient la première et la seule mairie d’arrondissement à mettre en place la collecte des déchets organiques dans tous ses restaurants scolaires (voir article de presse). Les déchets alimentaires y sont triés pour être valorisés sous forme d’énergie et d’engrais naturel.

Montrer que le gaspillage n’est pas une fatalité et faire des déchets organiques une richesse. C’est l’objectif de la démarche que nous avons entreprise depuis le début d’année 2015. Le principe ? Les biodéchets (constitués de restes des repas ou d’épluchures de fruits et légumes) des restaurants scolaires sont collectés quotidiennement et acheminés dans une usine de méthanisation, où ils sont transformés en énergie électrique, en chauffage et en fertilisant agricole.

Les deux établissements qui participaient à l’expérimentation entre octobre et décembre dernier ont pu collecter tous les mois plus d’une tonne de biodéchets : une fois méthanisée, cette tonne produit 350 kWh de chaleur, 350 kWh d’électricité et 950 kg d’engrais ! A partir de ces résultats, on estime notamment que la production annuelle d’énergie issue de la collecte généralisée pourrait correspondre à la couverture de la consommation électrique d’une centaine de foyers pendant une semaine. Sur une année, ce sont 39 tonnes de déchets qui seront valorisées, au lieu d’être « bêtement » incinérées.

En généralisant cette démarche à tous les restaurants scolaires de l’arrondissement, il s’agit de faire prendre conscience aux enfants qu’il n’y a pas de ‘déchet ordinaire’. Dans la réalité, rien ne se perd. Les vrais déchets, c’est la pollution qui résulte de notre incapacité à recycler. A terme, cette pratique doit devenir la norme. Mettre en place cette collecte à l’échelle de Paris serait un pas en avant considérable vers une société qui incite à la culture du recyclable et non plus du jetable. Quand on sait que 150 000 tonnes de déchets organiques ne sont pas valorisés chaque année à Paris, imaginez les ressources que l’on pourrait générer !

Pour plus d’informations sur cette démarche, je vous invite à jetez un œil :