Accueil / Démocratie / Mon interview par Acteurs Publics sur la baisse des moyens pour les collectivités

Mon interview par Acteurs Publics sur la baisse des moyens pour les collectivités

Vidéo réalisée le 1er juillet au CESE

Le 1er juillet, j’étais interviewé par Acteurs Publics dans le cadre des Rencontres des Acteurs Publics 2014. J’y ai rappelé la difficulté de boucler le budget de Paris et des arrondissements à l’heure où l’État diminue sa dotation aux collectivités locales de 11 milliards. Néanmoins, il y a bien des moyens pour y arriver :

  • En augmentant la contribution financière des entreprises qui à Paris est à peu près de 30 à 50% moins importantes que dans les villes limitrophes.
  • En créant une contribution financière de solidarité de quelques centimes d’euros dans l’hôtellerie de luxe.
  • En augmenter le prix du stationnement dans le centre de Paris, où le stationnement afin d’y diminuer drastiquement la place de la voiture, réduire la pollution de l’air qui y est égale à celle du périphérique et à accroître les recettes de la ville.

J’ai aussi rappelé que demander aux collectivités de faire de si gros efforts financiers n’était pas judicieux dans la mesure où les collectivités territoriales réalisent 70% de l’investissement public en France, entrainant ainsi des emplois dans le privé. Gouvernement locaux ont besoin de moyens pour la transition énergétique, pour l’isolation des bâtiments et pour répondre aux besoins des citoyen-ne-s : places en crèches, logement social ou encore transports publics de qualité. Ces investissements utiles accroissent le bien être et génèrent des emploi.

J’ai aussi souligné la pertinence d’un regroupement des premiers arrondissements de Paris en un seul secteur, à la taille des arrondissements limitrophes, permettant d’optimiser les budgets et d’avoir plus de moyens pour la mise en œuvre de l’action publique. Par ailleurs, cela permettrait une bien meilleure représentation des arrondissements centraux au Conseil de Paris, ce qui entraînerait une meilleure prise en compte leur situation géographique très spécifique.

Interrogé sur le maintien des effectifs municipaux de la Ville de Paris, j’ai par ailleurs souligné l’importance de ne pas réduire leur nombre afin de maintenir un bon niveau de service public dans la capitale.

Enfin, j’ai rappelé que la Métropole du Grand Paris ne pouvait se faire que de manière démocratique, notamment en élisant ses représentants au suffrage universel direct afin d’éviter un simple syndicat de maires, cooptés et élus au 3e niveau.

A voir

Ouverture, autonomie et calendrier militant

Les militant-e-s EELV Paris réuni-e-s hier en Assemblée générale ont élu le nouveau bureau exécutif ...