Accueil / Actualités / Réforme de l’administration parisienne : d’abord mettre fin à la réduction des effectifs municipaux

Réforme de l’administration parisienne : d’abord mettre fin à la réduction des effectifs municipaux

imagesMon intervention au Conseil de Paris. Madame la maire, je voudrais tout d’abord rendre hommage au professionnalisme et au dévouement des agents de l’administration parisienne qui a beaucoup évolué et a su s’adapter aux différentes orientations de la politique parisienne de ces dernières années.

Je vais centrer mon propos sur les agents des mairies d’arrondissement et des services déconcentrés.

Je me réjouis, Madame la maire que vous ayez annoncé « la fin des mesures de réduction des effectifs systématique et indifférencié ». Il était temps !

Depuis plusieurs années plus aucun concours n’est organisé pour les catégories C. Et les profils des candidats en reclassement qui postulent ne sont pas toujours adaptés.

Les mairies d’arrondissement manquent d’attractivité et peinent à recruter. Travailler en mairie et dans les fonctions de contact direct avec le public doit donc être valorisé. Une cotation des postes, liées à une politique plus transparente des régimes indemnitaires doit être menée en lien avec les organisations syndicales, pour guider les agents dans le choix des postes en proximité avec le public, notamment en mairie d’arrondissement et dans les équipements déconcentrés.

Aujourd’hui, alors que l’exigence de qualité du service rendu à l’usager s’est légitimement accrue, et que la capacité du personnel et de l’organisation à s’adapter a fait ses preuves,  nous atteignons clairement les limites du redéploiement et de la réduction des effectifs.

En mairie d’arrondissement des services ont été regroupés, la polycompétence a été développée ; il n’y a plus aujourd’hui de marge de manœuvre.

Confronté à des effectifs contraints et à des difficultés de recrutement, le recours au CUI (Contrats uniques d’insertion) n’est pas une solution pérenne et satisfaisante.

Cette situation entraine un stress croissant de l’encadrement (y compris des cadres de catégorie B) assigné à atteindre des objectifs sans en avoir réellement les moyens. Ce sont les avancées de qualiParis qui sont en danger !

Au delà, en ce qui concerne les éléments de motivation des agents, même si tout ne doit pas être basé sur les primes, les primes des catégories C sont extrêmement faibles. En outre, les primes d’un agent motivé et compétent peuvent être inférieures aux primes d’un agent moyen du fait de la base de calcul. Cette situation génère de l’incompréhension et est un facteur de démotivation.

Il y a là une marge de progression évidente à débattre avec les organisations du personnel.

Enfin, le temps m’étant compté, je ne voudrais pas terminer sans évoquer rapidement le nécessaire bilan de la déconcentration, évolution majeure menée durant la mandature précédente.

Les réunions des services déconcentrés ont constitué une réelle avancée et permis un travail plus cohérent au niveau de l’arrondissement.

Mais la transversalité et le travail en mode projet ont du mal à se mettre en place. De même, le travail avec les services centraux et les services déconcentrés d’une même direction est parfois compliqué ; les champs et priorités d’intervention n’étant pas suffisamment définis.

L’échelon local doit être plus reconnu dans une logique de subsidiarité et les maires d’arrondissement associés au recrutement et à l’évaluation des responsables d’établissements et de directions déconcentrées, comme le prévoit la charte des arrondissements qui n’est pas correctement respectée sur ce point.

Voilà Madame la maire quelques suggestions d’évolution pour améliorer encore le service rendu aux Parisiennes et Parisiens, suggestions qui s’inscrivent pleinement dans les objectifs d’une administration exemplaire et responsable que vous avez fixés et que les écologistes accompagneront avec volontarisme.

A voir

_IGP0179

Mon courrier aux habitantes et habitants du 2e arrondissement de Paris

Chères habitantes et chers habitants du 2e arrondissement, Au moment où je me prépare à ...