Accueil / Actualités / Municipales 2014 Paris 2e : Vos questions ? Nos réponses !

Municipales 2014 Paris 2e : Vos questions ? Nos réponses !

Jacques BOUTAULTDistributions de tracts, ateliers d’élaboration du programme, café-débats, porte à porte, rencontres d’appartements… Tout au long de cette campagne, les personnes engagées sur la liste citoyenne et écologiste que je conduis dans le 2e arrondissement sont allés, avec moi, à la rencontre des habitants. Autant d’occasions de recueillir leurs avis et questions sur tous les sujets de la vie quotidienne. Loin de la langue de bois, nous vous devions des réponses, les voici.

Plus d’informations sur mon blog de campagne Boutault2014

Il y a beaucoup de saletés après le passage des éboueurs. Comment cela se fait-il ? Comment peut-on améliorer la propreté dans l’arrondissement ?
Effectivement, beaucoup de détritus tombent à terre quand les bacs (souvent trop remplis) sont vidés dans la benne, qui passe entre 17h et 22h. Or, les balayeurs commencent leur travail à partir de 8h le lendemain matin. Il y a donc un laps de temps important avant que la chaussée ne soit propre. Le maire Jacques Boutault est conscient du problème. Il a rencontré le Directeur des Services de propreté de la Mairie de Paris qui a mis en place une première solution (bavette rajoutée sur les camions bennes), mais cela n’est pas suffisant. Nous demanderons à la ville de réorganiser la collecte pour que les agents qui ramassent les poubelles de nos rues ne soient plus situés à l’autre bout de Paris (dans le 12e, près du périph) mais prennent leur service, comme c’était le cas précédemment, dans le 2e arrondissement. Nous proposons aussi de mettre en place un service complémentaire de balayage après la collecte des déchets.

Comment lutter contre la prostitution dans le quartier Saint Denis et réduire les nuisances pour les habitants ?
La situation s’est nettement améliorée depuis 10 ans. Près des 2/3 des sex-shops ont fermés et sont remplacés par des services ou des commerces de proximité : Maison des Associations, épicerie, cordonnerie, restaurants… Ceci a pu être réalisé parce que la mairie a préempté et racheté des locaux en vente via une société d’économie mixte. D’autre part, beaucoup d’immeubles dégradés ont été rénovés grâce à une OPAH (Opération programmée d’amélioration de l’habitat).
En ce qui concerne la prostitution, autre point important, deux fois par semaine des maraudes sont mises en place rue Saint-Denis afin de faire de la prévention, dialoguer avec les prostituées, et tenter de les faire sortir de la rue. Le problème aujourd’hui est surtout celui de la prostitution « sauvage » : racolage agressif, actes réalisés dans la rue ou dans les parties communes des immeubles. Nous prévoyons d’intensifier la coopération avec le commissariat pour dissuader cette pratique inadmissible (renforcement du passage des patrouilles). Et nous demanderons à la Préfecture de police dont c’est la responsabilité d’agir afin que le démantèlement des réseaux constitue une priorité. Les clients seront aussi pénalisés en vertu de la nouvelle loi.

Comment faire pour que la sécurité et la tranquillité des habitants soient encore meilleures ?
Le 2e est l’un des arrondissements les plus sûr du Paris. Mais des habitants expriment certaines insatisfactions en matière d’incivilités : rue Saint Denis et alentours, place Goldoni, rues piétonnes et opération Paris respire à mieux faire respecter…
Nous croyons beaucoup à la présence humaine sur le terrain. Neuf policiers supplémentaires sont arrivés début 2014 dans notre arrondissement, après plusieurs années de baisse des effectifs. La coopération avec la police doit néanmoins être renforcée. Nous relancerons les Conseils de Sécurité du 2e : réunions rassemblant les différents interlocuteurs (représentants du Préfet de police et du Procureur, le Maire, le Commissaire, les Présidents des conseils de quartier, les Directeurs des associations) pour mettre en place des solutions concrètes concertées et suivies dans le temps.

Pourquoi est-il si difficile d’avoir une place en crèche ?
Malgré le doublement du nombre de berceaux depuis dix ans, leur nombre est encore insuffisant. D’autant plus que notre arrondissement, très attractif, a connu une des plus fortes augmentations de population à Paris (+ 8% en 5 ans). Agir dans ce domaine est un travail de longue haleine. Il a fallu par exemple 6 ans pour ouvrir la crèche parentale des Petits pois rue du Sentier. Et les projets n’aboutissent pas toujours (projet de reprendre la crèche d’entreprise du Crédit Lyonnais rue du 4 Septembre refusé par le Maire de Paris car jugé trop cher). Malgré ces difficultés, le bilan est positif : outre le nombre de place multiplié par deux, trois nouvelles crèches ont été crées. Nous continuerons à ne pas ménager nos efforts et des berceaux supplémentaires seront créés. Pour aider les familles nos avons ouvert un Relai information famille (situé en mairie du 2e) et un lieu d’écoute Parents-enfant au 60 rue Greneta.

Pourquoi n’y a-t-il pas plus d’espaces verts dans le 2e ?
Notre arrondissement est petit et dense. Il n’y a que 2 squares (Bidaut et Louvois). Impossible de raser un pâté de maison pour en créer d’autres ! 😉 Nous avons cependant beaucoup amélioré la qualité de vie et la végétalisation : 100 arbres plantés, trottoirs élargis, créations de jardinets, rues fermées à la circulation, murs végétalisés… Nous avons le projet de donner accès à 2 espaces verts supplémentaires :
– végétaliser la place dite « du Figaro » (intersection rue Montmartre, Louvre et Aboukir),
– donner aux habitants accès au jardin de la Bibliothèque Nationale quand les travaux seront finis.

Notre quartier se transforme, il devient plus agréable. Cela attire beaucoup de monde et peut créer des nuisances (terrasses, bruit…). Que fait la Mairie pour garantir un maximum de tranquillité aux habitants ?

Jacques Boutault a toujours eu comme priorité de garantir le « bien vivre ensemble » dans lequel chacun a sa place sans empiéter sur celle de l’autre. Rue Montorgueil, concernant les terrasses, une charte a été mise en place, en concertation avec les habitants et les cafés restaurants. Une charte du même type est en cours pour la rue Saint Denis. La maire du 2e rend systématiquement un avis défavorable pour toutes les ouvertures de nuit (après 2h du matin).
Enfin, Jacques Boutault a bloqué l’installation d’un McDonald’s rue Montorgueil, aidé par la mobilisation des citoyens et commerçants. Ce type d’événement vient renforcer notre volonté d’étendre le périmètre de la zone de protection renforcée du commerce et de l’artisanat inscrite à l’initiative de J. Boutault dans le PLU en 2006 pour la rue Montorgueil.

L’activité textile s’est beaucoup réduite dans l’arrondissement. Va-t-on pouvoir quand-même maintenir l’emploi ?
Il est vrai que les ateliers s’en vont progressivement, laissant la place aux familles, et diminuant parallèlement certaines nuisances. Pour maintenir l’emploi, la mairie a beaucoup œuvré pour le Silicon Sentier, encourageant des accélérateurs et incubateurs de start-ups publics ou privés. Le NUMA, nouveau lieu de l’innovation, vient de s’installer rue du Caire. Parmi nos projets : développer les liens entre les acteurs de l’économie numérique et les habitants (écoles, centres sociaux …), organiser un forum des métiers du numérique.

Y aura-t-il une alliance EELV/PS au 2e tour des élections municipales dans le 2e ?
Au second tour, comme dans tous les arrondissements parisiens, les listes écologistes devraient fusionner avec celles conduites par Anne Hidalgo, afin de construire une majorité dans le 2e arrondissement et à Paris. Voter pour Jacques Boutault dès le 1er, c’est donc avoir l’assurance de le garder comme maire dans le 2e arrondissement et ensuite de faire gagner toute la gauche et l’écologie à Paris.

A voir

Plan alimentation durable : Paris veut réduire sa dette écologique

Du champ à l’assiette ou de la fourche à la fourchette. Les expressions ne manquent ...