Accueil / Actualités / Collecte des déchets en grève : les habitants avant la polémique

Collecte des déchets en grève : les habitants avant la polémique

Suite à un mouvement social, la collecte des déchets est perturbée dans le 2e arrondissement comme dans les neuf autres qui ont opté pour un service public de régie.

Aucune couleur politique n’a été épargnée : le 8e, le 9e, le 5e, le 6e, le 16e et le 17e sont autant touchés par l’absence de ramassage que le 2e, le 12e, le 14e et le 20e. D’aucuns nous objectent que le choix d’une régie publique, plutôt que du recours à une société privée est en cause dans cette situation gênante. Le privé n’est pas une panacée, puisque les deux prestataires assurant la collecte pour les autres arrondissements, de Richebourg et Véolia, sont aussi inefficaces l’un que l’autre lorsque les centres de traitement des déchets sont bloqués comme c’est le cas à présent.

Nous constatons la gêne des riverains, des salariés et des personnes qui transitent dans le deuxième arrondissement. La situation est désagréable et pose un problème d’hygiène, mais elle n’entraîne pas plus d’insécurité en ces temps de réunion footballistique qu’en d’autres temps où le ramassage est régulier.

Des solutions transitoires ont été mises en place dans l’arrondissement : une partie des moyens mobilisés d’ordinaire par les opérateurs privés Veolia et de Richebourg dans les autres arrondissements centraux a été déployée dans le 2e aujourd’hui. 4 bennes sont passées, rue Saint-Sauveur, dans le bas de la rue Saint-Denis, rue Etienne Marcel, rue Montorgueil, en haut de la rue Saint Denis, et rues Bachaumont, Mandar, Greneta et Tiquetonne. Demain, nous prévoyons 7 bennes, dont une benne voies étroites pour effectuer une partie des rues qui n’ont pas été collectées aujourd’hui. Des moyens supplémentaires ne sont pas exclus. Si ces moyens transitoires sont engagés au service de nos concitoyens, ce n’est pas pour autant que nous remettons en question le choix de la régie publique.

Aujourd’hui, il convient d’être aux côtés de tous ceux qui vivent et travaillent quotidiennement dans l’arrondissement et de les écouter, puisque le 2e arrondissement n’a pas autorité pour régler la situation. Si nous souhaitons qu’ils puissent vivre dans un environnement agréable et propre, ce n’est pas pour autant que nous délégitimons le droit des personnels à faire grève quand c’est pour protester contre un projet de société auquel nous ne nous associons pas.