Améliorer la qualité de l’air dans le métro est indispensable

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Question d’actualité au maire de Paris. On le sait, la qualité de l’air à Paris est préoccupante. Pas étonnant, donc, que dans le métro elle ne soit pas bonne non plus. La situation n’est pas nouvelle. Les campagnes de mesures, régulières ou ponctuelles, menées par la RATP et par AIRPARIF révèlent une importante pollution aux particules.

Les usagers du métro parisien sont concernés par cette pollution, mais ce sont surtout les agents de la RATP qui en sont les premiers affectés. Les effets à long terme de l’exposition aux particules (qui dans le cas du métro sont métalliques) sont encore mal connus, contrairement à l’exposition aux particules issues des véhicules diesel – reconnue comme cancérogène par l’OMS. Il est donc temps d’engager des mesures pour améliorer la qualité de l’air du réseau souterrain.

Des millions de franciliens empruntent chaque jour le métro et le RER, et loin de nous l’idée de les détourner de ces modes de transport. Au contraire, les transports en commun sont indispensables à la métropole parisienne : ils doivent être sûrs, ponctuels, confortables et sains. Et savoir que l’habitacle d’une voiture, coincée dans les embouteillages, est bien plus pollué et toxique ne consolera pas l’usager des transports en commun.

Les réseaux de transports en commun, à la limite de la saturation, seront encore davantage sollicités à l’avenir. En effet, les démographes prévoient une augmentation importante de la population francilienne au cours des prochaines décennies. Le STIF s’est fixé un objectif de croissance de 20 % des déplacements en transports collectifs à l’horizon 2020.

La RATP et la SNCF disent se mobiliser depuis plusieurs années sur la production de connaissances sur cette problématique de l’air ambiant et sur l’exploration de nouvelles techniques permettant de diminuer les pollutions. Mais sans résultats.

Monsieur le Maire, la collectivité parisienne est particulièrement mobilisée contre la pollution aérienne aux particules produites par les motorisations diesel.

De la même manière, pour la santé des Parisiennes et des Parisiens, comptez-vous interpeler les présidents des établissements publics exploitant les réseaux ferrés franciliens afin de leur demander de prendre toutes les mesures nécessaires pour réduire rapidement et significativement la pollution de l’air dans l’ensemble du réseau de transport souterrain d’Île-de-France ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Twitter

Facebook

Liens amis